Meurtre de Semhar (GE)

01 février 2019 10:05; Act: 01.02.2019 16:29 Print

La juge qui s'était endormie a démissionné

Selon la «Tribune de Genève», le procès interrompu mardi reprendra le 26 mars.

storybild

Semhar, 12 ans, avait été violée et étranglée en 2012 dans le quartier de la Tambourine, à Carouge. (Photo: Keystone/Magali Girardin)

Sur ce sujet
Une faute?

La juge assesseure qui s'était assoupie mardi, au deuxième jour du procès en appel de l'assassin présumé de la jeune Semhar, a remis sa démission au Pouvoir judiciaire, révèle le site tdg.ch. Le procès, qui avait été suspendu, reprendra le 26 mars. Le prévenu avait été condamné à 20 ans de prison assortis d'une mesure d'internement en première instance.

Ce vendredi, Me Robert Assaël explique que sa cliente, la mère de Semhar, «est encore sous le choc qu’un juge se soit assoupi pendant un procès aussi important, alors qu’il était question de sa fille, atrocement violée et assassinée». La démission de la juge ne le surprend pas. «Quel autre choix avait-elle vraiment, tant il était certain qu'elle aurait été récusée par une décision de la juridiction d’appel qui n’aurait pas été tendre!»

«Cette décision limite les dégâts»

L'avocat considère que «cette décision limite les dégâts, puisque le procès se tiendra dans moins de deux mois, alors que si la juge avait été jusqu’au-boutiste, il n’aurait pas eu lieu avant l’année prochaine.» Reste la question, «pointue» dit-il, de savoir si le procès reprendra à zéro, ou là où il s'était arrêté (puisque les six autres juges restent en place), sur la base des procès-verbaux de la précédente audience. «J’espère que cette question n’engendrera pas d’autres péripéties procédurales!»

(jef)