France voisine

04 mars 2013 09:37; Act: 04.03.2013 18:28 Print

La mineure rescapée serait la fille du pilote

Un petit avion s’est écrasé à proximité d’une maison, lundi matin, dans la cité frontalière d'Annemasse (F). L’accident a fait deux morts. Un habitant de la région témoigne.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«Un petit avion est tombé ce matin à proximité d'une maison», s’affole un témoin de la scène qui s’est déroulée lundi, peu avant 9 h à Annemasse (F), près de Genève. L'aéronef venait de décoller de l'aérodrome de la cité frontalière avec trois personnes à son bord. La brigade de gendarmerie du transport aérien de Chambéry (BGTA), chargée du dossier, confirme que l'accident a fait deux victimes. La troisième passagère, une jeune femme, a été retrouvée vivante. Son état de santé n'est pas connu; elle a été emmenée à l'hôpital.

Un habitant de la région a assisté au drame et témoigne: «C'était hyperimpressionnant. J'ai vu l'avion se déporter sur la droite. Il a touché une première maison avant de s'écraser dans le jardin d'une seconde.» Il note encore la présence d'un épais brouillard au moment des faits, vers 8h40. L'avion aurait été en phase décollage. Des éléments confirmés par la BGTA, qui devra éclaircir les circonstances de l'accident. «Les secours sont arrivés très rapidement», rapporte encore le témoin. Trente gendarmes et autant de pompiers ont été mobilisés.

La survivante serait la fille du pilote

Bernard Boccard, maire de Cranves-Sales, commune sur laquelle l'avion s'est écrasé, précise que la vie de la survivante, une jeune fille mineure, n'est pas en danger. Les trois occupants étaient tous Français. Les riverains des maisons touchées par l'appareil étaient tous chez eux au moment des faits, mais n'ont pas été blessés, assure l'élu.

A l'arrivée des secouristes, la jeune rescapée aurait affirmé aux pompiers être la fille du pilote, avance «Le Dauphiné Libéré». Elle serait âgée d'une quinzaine d'années et serait grièvement blessée au bassin. Son père serait, lui, un quinquagénaire. La seconde victime serait son frère.

«Je dormais juste en-dessous, j'ai eu de la chance»

«Je dormais juste en dessous de l'impact, témoigne l'habitant de la maison touchée par l'avion avant son crash. Il a cassé mon toit. J'ai eu de la chance.» Par ailleurs et contrairement à l'une de ses voisines, l'homme ne s'offusque pas de la présence d'un aérodrome à proximité d'une zone d'habitation. «C'est vrai, il arrive que des avions passent en dessus de chez nous. Mais c'est un accident. C'est comme ça.»

Selon plusieurs médias, l'avion s'était posé à Annemasse dimanche en provenance de Paris. Il aurait fait route vers Genève au moment du drame.

Aucune incidence pour Genève

Un panache de fumée noire planait au-dessus de la ville lundi matin. Selon un pilote amateur, la piste annemassienne ne présente pas de difficulté particulière. «Cet aérodrome a longtemps été reconnu comme l'une des écoles de vol les plus sérieuses de France», souffle-t-il. Contacté, le Club aéronautique d'Annemasse n'a pas souhaité réagir à l'incident.

L'aérodrome ne possède pas de tour de contrôle. Les avions s'annoncent sur une fréquence pour prévenir de leur trajectoire. L'espace aérien est géré par la centrale de Chambéry. Le crash survenu lundi matin n'aura par ailleurs aucune incidence sur le trafic de l'aéroport international de Genève, assure son service de presse.

(tpi/win/jef)