Genève

22 novembre 2019 16:00; Act: 22.11.2019 16:19 Print

Le spectre de la décharge de mâchefers s'éloigne

Le Conseil d'Etat a annoncé aux députés que le canton devrait pouvoir se passer de ce très controversé lieu de stockage à ciel ouvert.

storybild

La décharge de Châtillon, à Bernex. Sur l'image, les mâchefers se trouvent à gauche. (Photo: P. Abensur - TDG)

Sur ce sujet
Une faute?

Le canton de Genève devrait pouvoir se passer de la construction d'une nouvelle décharge bioactive pour entreposer les mâchefers. Les recherches de solutions alternatives pour valoriser ces résidus des déchets incinérés sont prometteuses.

«Tout est mis en œuvre pour idéalement ne pas construire cette nouvelle décharge», a déclaré vendredi le chef du Département du territoire, Antonio Hodgers, devant le Grand Conseil. Sensibles à cette problématique, les députés ont renvoyé à l'unanimité une motion et des pétitions au Conseil d'Etat. Ces textes s'opposent à cette infrastructure à ciel ouvert.

Forte mobilisation populaire

«La forte mobilisation contre le projet de création d'une nouvelle décharge a porté ses fruits», a déclaré la députée PLR Céline Zuber-Roy. A ce stade, les investigations pour trouver des sites pour accueillir une nouvelle décharge ont été arrêtées pour se concentrer sur les recherches pour diminuer ou valoriser ces déchets.

Un comité d'experts scientifiques et juridiques chargé d'étudier les alternatives à cette décharge bioactive avait été mis sur pied suite à cette forte mobilisation populaire. Le département espère qu'une industrialisation du processus de décontamination permettra une valorisation des mâchefers d'au moins 80%.

Collaboration intercantonale

Selon Antonio Hodgers, l'option d'une collaboration intercantonale est aussi sur la table. Si malgré tout une décharge bioactive devait être construite, elle serait beaucoup plus petite qu'initialement prévue, a assuré le chef du Département du territoire.

Le canton exploite actuellement une décharge pour les mâchefers à Bernex, mais elle arrive à saturation. Trois sites dans les communes de Satigny, Collex-Bossy et Versoix avaient été retenus pour implanter la nouvelle décharge mais le processus est gelé compte tenu des avancées scientifiques qui permettent de réduire les déchets.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Merdelemonde le 22.11.2019 19:07 Report dénoncer ce commentaire

    Vert de Rage

    La rive droite c'est les chiottes du canton!!! On veut développer l'aéroport n'importe comment, on veut faire des décharges à ciel ouvert, on supprime des bus directs pour aller en ville qu'on remplace par des solutions abracadabrantes, sous prétexte du désastreux léman express (qui semble t il n'a que le nom d'"express"). On veut construire au pré du stand, il y a la vitrine de Cointrin et ça va s'arrêter ou cette mégalomanie et cet acharnement Rive Droite???? Aller planter une décharge à Cologny...on verra comment vous serez reçu!!!!Hodgers il roule tous le monde dans la farine!!!!

  • B. Linda le 22.11.2019 18:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Balayer devant sa porte

    Purger ces mâchefers de leurs métaux lourds serait une meilleure option, ça a un coût mais ce sont NOS ordures, il faut savoir assumer.

  • Balai Masque le 22.11.2019 18:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pollueurs payeurs

    On veut bien produire des déchets mais pas les éliminer sur notre sol. C'est tellement plus facile de les envoyer à l'étranger ou de les déverser discrètement dans les océans !!

Les derniers commentaires

  • MenteursSA le 25.11.2019 13:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un bureau svp

    On pourrait installer le bureau spécial pour Pinnoxhio-Maudet du PLR, au milieu de la décharge....ça le poussera peut-être enfin à rendre son tablier en soie d'Arabie ?

  • Golfhotel le 25.11.2019 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Exportons!

    Yaka y envoyer sur France

  • Un ancien militant anti-incinération le 24.11.2019 09:25 Report dénoncer ce commentaire

    Le vrai sujet est l'incinération !!

    L'on nous a fait croire que l'incinération des déchets est une restitution de l'énergie, chauffage urbain ou parfois de serres etc. En réalité il s'agit de réduire la quantité a environ 1/3, et de rejets de dioxine qui se reforme après la sortie de la cheminée, le four étant mis en surpression et la mesure est en proportion de la quantité d'air rejeté. Avec le CO2, il reste aussi les mâchefers. Parfois l'on en faisait des routes ou des maisons comme avec les déchets d'uranium brut en F. La solution est évidemment chez le consommateur durable, celui qui achète et non celui qui vend. Ou accepter

  • Parc Mon Repos le 23.11.2019 12:51 Report dénoncer ce commentaire

    Cologny

    Solution suivante, remplir le lac entre Cologny et Parc Mon Repos avec cette ferraille, on mettra une cinquantaine de tuyaux ø 2000mm,en dessous pour le Rhône. Une route à 10-12 voies reliera le côté ouest au côté est, entre Cologny/ Mon Repos. Ce remplissage jusqu' au pont du Mont-Blanc, fournirait une place de parc pour environ 25 000 voitures. Le jet d' eau sera au milieu de ce parking, cela peut faire joli! Le Bol d'Or partira de Morges. Ah! il faudra aussi faire attention aux munitions et armes suisses qui sont déjà au fond du lac.

  • Dandinette le 23.11.2019 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Recyclage

    Il devrait être interdit de mettre en décharge du mâchefer. On peut le recycler à 95%. On exige du citoyen un tris de ces déchets, l'état doit faire de même.

    • Tata le 23.11.2019 13:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dandinette

      Et les métaux lourds contenus dans le mâchefer que devient'ils?