Genève

11 mai 2015 10:22; Act: 11.05.2015 15:56 Print

La pollution fera baisser le prix des billets de bus

Les TPG réduiront leurs tarifs lors d'épisodes de smog. Cette mesure entre en vigueur immédiatement. L'Association Transports et environnement applaudit.

storybild

(Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Une faute?

«En matière de mesures incitatives pour les transports publics, Genève franchit une nouvelle étape», se réjouit le conseiller d'Etat Luc Barthassat. Suite à un accord passé avec Unireso, les prix des tickets seront diminués lors de pics de pollution. Tous les types de billets seront dans ce cas vendus au demi-tarif, y compris sur le réseau transfrontalier. Les abonnements ne sont pas concernés, car cette réduction cible d'abord les nouveaux usagers. Coût estimé pour le Canton, qui supportera financièrement cette mesure: 33'000 fr. par jour. Cette disposition, applicable tout au long de l'année, sera mise en place dès le lendemain de l'annonce d'un pic de pollution. Elle entend ainsi encourager les usagers à prendre bus et trams plutôt que leur voiture ou leur moto.

Unireso assurera l'information aux voyageurs. Le site www.ge.ch/air indiquera lui aussi quand les tarifs réduits seront en vigueur. Le Département des transports publiera également des communiqués de presse. Les pics de pollution représentent généralement moins d'une dizaine de jours par an.

«Cette mesure va dans le bon sens, se réjouit Thomas Wenger, président de la section genevoise de l'Association Transports et environnement (ATE). Mais pour capter de nouveaux clients TPG, il faut que la diminution de tarif soit significative.» Soit au minimum -50% sur le prix du billet, estime l'ATE. Ce qui ne sera pas réellement le cas, puisque pour un billet adulte valable une heure à 3 fr., le demi-tarif TPG est de 2 fr. et non pas de 1,50 fr.

L'ATE a déjà réclamé pareille mesure par le passé, mais en demandant la gratuité des transports publics en cas de pics de pollution. Responsable d'Unireso, Rémy Burri note que «la gratuité engendrerait des surcoûts car l'afflux d'usagers nous obligerait à sortir en renfort plusieurs véhicules» qui n'étaient pas prévus normalement au planning.

(dra)