Genève

26 octobre 2016 15:19; Act: 26.10.2016 16:34 Print

La préférence nationale ne convainc pas les syndicats

La Communauté genevoise d'action syndicale n'aime pas le projet de mise en oeuvre de l'initiative «contre l'immigration de masse».

storybild

La préférence nationale n'amène pas de création d'emplois et n'est pas une réponse au dumping salarial, a souligné la syndicaliste Manuela Cattani. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le projet de mise en oeuvre de l'initiative «contre l'immigration de masse» qui envisage d'instaurer une préférence nationale n'a pas les faveurs de la Communauté genevoise d'action syndicale (CGAS). Pour cette dernière, la solution passe par un renforcement des droits des salariés.

La préférence nationale n'amène pas de création d'emplois supplémentaires et n'est pas une réponse au dumping salarial, a souligné mercredi la présidente de la CGAS Manuela Cattani. Selon la syndicaliste, elle ne fera que «stigmatiser les migrants» et diviser les salariés «pour le plus grand profit du patronat».

Pas d'impact sur le chômage

La préférence indigène light négociée aux Chambres fédérales est vendue comme une manière de combattre le chômage, alors que ce n'est pas vrai, le chômage n'étant pas lié à la libre circulation des personnes, a pour sa part relevé Alessandro Pelizzari, le vice-président de la CGAS.

Selon lui, le chômage à Genève est essentiellement dû à un déséquilibre du marché du travail. Des postes à haute valeur ajoutée sont créés alors qu'en même temps des emplois dans l'industrie disparaissent. La libre circulation n'est pas responsable de ce problème. Affirmer le contraire est de l'enfumage, a-t-il noté.

Des droits plutôt que des frontières

Pour la CGAS, seul un renforcement des droits des salariés permettra de sortir de l'ornière. La communauté va notamment continuer à se battre pour obtenir des garanties au niveau salarial, accentuer la surveillance du marché du travail, alourdir les sanctions en cas de faute et améliorer la protection contre les licenciements.

Pour qu'une majorité de la population adhère à la libre circulation, il faut accorder plus de droits aux travailleurs, a insisté M. Pelizzari. Selon le syndicaliste, de nombreuses personnes qui ont voté en faveur de l'initiative «contre une immigration de masse» sont des salariés qui ont eu peur pour leur avenir.

Large consensus

Le Conseil de surveillance du marché de l'emploi (CSME), qui est l'autorité tripartite chargée de la politique générale du marché du travail à Genève, est du même avis. Le CSME estime urgent de renforcer le dispositif de mesures d'accompagnement. Il regrette qu'aucune avancée essentielle n'ait été faite sur cette question.

Le CSME a souligné qu'en cas de nouveau vote sur la voie bilatérale, les autorités fédérales seraient bien inspirées de présenter un ensemble d'actions touchant aux conditions de travail. «Le récent vote tessinois est un nouveau signal d'alarme quant aux attentes de la population», a-t-il averti.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • circulons, il n'y a rien à voir! le 26.10.2016 15:52 Report dénoncer ce commentaire

    y en n'a point comme nous

    Sur le papier: libre circulation. Dans les faits: préférence nationale (ou main-doeuvre bon marché). TOUS les pays concernés le font, alors pourquoi pas nous? Cela a été démontré par une étude il y a quelques années. Aucun pays n'applique la libre circulation sans discrimination. Et c'est tout à fait normal!

  • Minasuisse le 26.10.2016 16:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aveugle!!! sans vision!

    Le taux de chômage n'étant pas lié à la livre circulation??? c'est une blague??? Je rigole pour ne pas pleurer. Elle vit dans quelle planete? Franchement j'ai en marre d'écouter des excuses toujours pour protéger les frontaliers au lieu des gens qui habite dans ce pays.

  • JaxSoa le 26.10.2016 16:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    LOL

    C'est marrant ces syndicalistes..!! Ils foutent la merde presque partout où ils passent a quelques exceptions prêt !!!

Les derniers commentaires

  • Vincent le 31.10.2016 09:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Taxes

    On devrait imposé(taxes) les entreprises pour chaque frontalier qu'elle engage et exonérée pour chaque indigène .... Le soucis que les entreprises on fait l'erreur de mettre des frontaliers aux ressources humaines. Alors que ces postes devraient être que pour des Suisses....

  • Jean Deladroite le 30.10.2016 19:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A droite toute

    La gauche a réinventé l'immobilisme, moi je suis un fils d'ouvriers a l'époque on votait communiste ( maintenant sa fais rire)après moi j'ai voté socialiste et ben à presque 60 balais maintenant je vais voter UDC et puis après on verra si y sont mieux ou nulle comme les deux autres

  • Genevois Rien A Rajouter le 30.10.2016 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sanctionner les commerces pour Noël

    Étranglons ( c'est une image) les commerces Genevois qui engagent majoritairement des frontaliers. Toutes les grandes surfaces, alimentaires, meubles, habits, chaussures, etc... Mais y reste pas grand chose me direz vous, pas faut, y reste pas grand chose en Suisse, allez acheter en France c'est souvent les mêmes produits 40% moins chère. Si les commerces veulent jouer aux cons et bien nous allons jouons aux cons, notre force est que nous sommes nombreux notre faiblesse est que nous ne sommes pas solidaires entre nous.

  • Chomeur Genevois le 30.10.2016 10:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oeil pour oeil et dent pour dent

    J'ai rien contre les frontaliers ils agissent en tout légalité, pareil pour les entreprises Genevoise ce qu'elles font est légal ( malheureusement pour nous petits Genevois) cependant nous pouvons et devons ( dans la légalités) les sanctionnés. Acheter le minimum dans les commerces Genevois, allez en France c'est vraiment bien moins chères, à Noël le mois ou les commerces font le plus gros chiffres, n'achetez rien et allez en France. Nous sommes dans une phase économique dangereuse alors si je coule je ferais couler aussi les commerces Genevois.

  • Genevois Rien A Rajouter le 30.10.2016 10:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L'invasion de sauterelles version Frontalière

    Le problème c'est que la gauche sont un peu cons cons et veulent défendre tout le monde ( pas possible) et la droite serait plus protectionniste, mais comme c'est elle qui majoritairement détient les grosses entreprises, n'est pas contre d'engager des Frontalmuches, bien sûre pas pour les payer plus.