Au pied d'un hêtre

29 avril 2019 17:19; Act: 29.04.2019 17:35 Print

La truffe blanche s'épanouit au bout du lac

Le changement climatique pourrait expliquer la présence massive d'un précieux tubercule dans un parc genevois.

storybild

En 2012, le chien truffier Giano avait découvert, à Genève, la première truffe blanche jamais déterrée au nord des Alpes. (Photo prétexte) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La truffe blanche, aussi appelée truffe du Piémont, a traversé les Alpes. Depuis 2012, elle s'épanouit dans un parc de la Ville de Genève, au pied d'un hêtre. Selon l'Institut fédéral suisse de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), le changement climatique pourrait expliquer cette présence.

En 2012, le chien truffier Giano avait découvert, à Genève, la première truffe blanche jamais déterrée au nord des Alpes. Le prix de ce champignon, très aromatique, peut atteindre 10'000 francs le kilo, a rappelé lundi WSL. Les chercheurs ont confirmé que les précieux tubercules poussent régulièrement dans le parc genevois.

Entre octobre 2012 et novembre 2018, 15 truffes ont été découvertes. Elles pesaient entre 5 et 50 grammes. Elles appartiennent bien à l'espèce Tuber magnatum Pico, selon leur ADN. La présence, prouvée scientifiquement, du champignon au nord des Alpes, a fait l'objet d'un article dans la revue Frontiers in Ecology and Environment.

Plusieurs hypothèses

Les chercheurs du WSL se demandent encore comment le champignon a pu pousser dans le parc genevois. Le hêtre centenaire au pied duquel il a été découvert pourrait provenir de l'aire de répartition de la truffe blanche (Piémont, Ombrie, Balkans). Le champignon aurait été présent depuis l'origine dans les racines de l'arbre.

Il aurait attendu des conditions favorables, comme le réchauffement climatique, pour former des fructifications. Une autre explication serait que le champignon a été amené par le chien truffier Giano. L'animal, qui a souvent travaillé en Italie, aurait pu transporter les spores dans son appareil digestif et les déposer dans le parc.

Les scientifiques sont cependant sûrs d'une chose. Le site genevois n'a pas été ensemencé artificiellement. Contrairement à d'autres types de truffes, la truffe blanche n'a en effet jamais pu être cultivée, précise dans le communiqué le chercheur du WSL Simon Egli, coauteur de l'étude.

Une truffe encore mal connue

Il a été constaté que la production de truffes blanches, dans les régions d'origine du champignon, diminue lors des années caniculaires. La truffe noire ou truffe du Périgord se déplace quant à elle vers le nord, a-t-on observé. La truffe blanche est encore trop mal connue pour affirmer qu'elle est soumise au même phénomène.

(nxp/ats)