Genève

07 mars 2017 16:18; Act: 07.03.2017 16:22 Print

Le «Tour de France en tricycle» déboule en ville

par David Ramseyer - Les coureurs et leurs petits engins à trois roues seront l'une des attractions de l'Autre Salon, qui promeut la mobilité douce en marge du Salon de l'auto.

storybild

(Photo: Claire Mayet)

Sur ce sujet
Une faute?

«Ça va être un grand moment dans l'histoire du cyclisme international», promet tout sourire Didier Arnoux, de l'association Pré-en-Bulles. Le «Tour de France en tricycle» traversera le quartier des Grottes le 18 mars. Au menu: «Une étape de montagne, un contre-la-montre et même un sprint. Le tout avec des commentateurs survoltés pour permettre au public de suivre ces épreuves». De vraies infirmières pourraient même effectuer des contrôles antidopage.

Tapis rouge pour les souliers

Les animations décalées, ludiques et humoristiques constituent l'ADN de l'Autre Salon, qui vante les vertus des moyens de transports non-polluants. Le programme de la 9e édition a été dévoilé ce mardi. Entre le 9 et le 19 mars, les piétons pourront ainsi assister à un défilé de chaussures aux Bains des Pâquis tandis que les amateurs de deux-roues auront tout loisir de participer à un rallye en vélo pliable ou à une balade sur des trottinettes décorées. Un musée mobile sera également de la partie, pour célébrer les 200 ans de l'invention de la bicyclette.

Toutes les manifestations sont auto-financées par les associations qui participent à l'Autre Salon, excepté le défilé de chaussures. Ce dernier est en effet soutenu par le Département cantonal de la santé.

Fédérer les énergies

Le second degré et la franche rigolade n'empêchent cependant pas la manifestation de poursuivre un objectif plus sérieux. Traditionnellement organisée en marge du Salon de l'automobile de Genève, elle entend promouvoir une autre mobilité. «Nous ne sommes pas opposés à la voiture, assure son président Eric Vanoncini. Mais nous voulons mettre en avant d'autres modes de déplacement.»

De l'aveu même de ses organisateurs, si l'événement ne peut se targuer d'un impact décisif sur la politique genevoise en matière de transports, il a cependant permis d'améliorer la collaboration entre acteurs de la mobilité douce. «Au travers de l'Autre Salon, nous avons tissé des liens et canalisé les énergies communes», insiste son coordinateur Marcel Mühlenstein.