Santé

11 mai 2012 15:54; Act: 11.05.2012 16:07 Print

Le Fonds mondial contre le sida licencie

Le processus de restructuration décidé par le Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme a abouti à la suppression de 8% des effectifs du secrétariat à Genève.

Une faute?

Cette réforme lui permet de retrouver la confiance de donateurs.

Les mesures prises depuis février par le nouveau directeur général du Fonds, l'ex-banquier Gabriel Jaramillo, ont abouti à supprimer 245 emplois. Simultanément, 189 nouvelles fonctions ont été créées, soit une réduction de 56 postes sur un effectif total d'environ 620 personnes.

La réorganisation, menée au pas de charge en trois mois, a eu pour but de renforcer les contrôles des programmes dans les pays à la suite d'allégations de corruption dans l'utilisation des fonds dans quelques pays l'an dernier.

Nouveaux versements

Réuni à Genève, le conseil d'administration du Fonds s'est félicité de l'annonce de nouveaux versements. Un milliard de dollars s'est ajouté récemment aux 616 millions disponibles, ce qui porte à 1,6 milliard de dollars les montants additionnels pour la période 2012-2014.

«C'est une très bonne nouvelle que le Fonds mondial reprenne son financement. Il ne faut pas perdre de temps et investir cet argent le plus vite possible dans la lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria», a réagi Sharonann Lynch, de Médecins sans frontières (MSF).

Le Fonds a déjà financé plus de mille programmes

Suite aux recommandations d'un groupe de travail et à la nomination d'un nouvel administrateur général du Fonds, le directeur du Fonds le Français Michel Kazatchkine, élu en février 2007, reconduit pour trois ans début 2011, avait démissionné avec fracas le 24 janvier.

Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a approuvé le versement de 22,6 milliards de dollars pour financer plus de mille programmes contre le sida, la tuberculose et le paludisme dans 150 pays.

(ats)