Genève

04 avril 2019 16:54; Act: 04.04.2019 17:16 Print

Le Jardin botanique fermé à cause de la neige

par Lucie Fehlbaum - Une grosse branche d'un feuillu a cédé sous la neige, entraînant la fermeture du Jardin botanique jeudi.

storybild

La branche d'un sophora a cédé sous le poids de la neige de printemps. (Photo: Conservatoire et jardin botanique)

Sur ce sujet
Une faute?

«Je l'ai entendue craquer et tomber. C'était impressionnant.» A 7h50 jeudi matin, Nicolas Freyre, jardinier chef du Conservatoire et Jardin botaniques (CJB), était aux premières loges pour constater la chute d'une branche d'arbre colossale. «Nous avions débuté à 7h un tour d'inspection. Avec cette neige de printemps, très lourde, les résineux comme le cèdre, qui sont couverts d'aiguilles, se cassent plus facilement.» C'est pourtant un feuillu, le sophora, qui créera la frayeur du jour.

Quand le rameau s'est effondré, l'équipe du CJB n'a pas tergiversé: les portes du Jardin sont restées closes. «Il s'agit d'une mesure de sécurité pour nos visiteurs. Nous avons également déplacé les ruches qui se trouvent sous l'arbre, de peur qu'une autre branche casse.»

Blessure importante

L'avenir du sophora est incertain. Nicolas Freyre rappelle que son équipe, ainsi que les herboristes du Service des espaces verts de la Ville, inspectent très régulièrement les plantes. «Cela peut s'avérer délicat pour les arbres car on ne voit pas toujours comment sont les racines», souligne le jardinier-chef. Dans le cas survenu jeudi, le garde-forestier de l'Etat interviendra, à la demande de Nicolas Freyre. «On peut déterminer un périmètre de sécurité autour de la couronne de l'arbre pour éviter aux visiteurs de se placer juste en-dessous. Mais si la blessure est trop importante et déséquilibre trop le végétal, il se pourrait qu'on l'abatte.»

En attendant, le Jardin botanique devrait rouvrir ses portes vendredi. La neige n'a pas fait d'autre dégât, si ce n'est couper dans leurs élans «les rhododendrons et les magnolias, qui avaient fleuri de manière spectaculaire».