Mobilité

15 décembre 2019 10:45; Act: 15.12.2019 20:31 Print

Le Léman Express: «un moment historique»

Le premier train du Léman Express a quitté Coppet (VD) dimanche à 5h03. Mais en raison de la grève en France, il s'est arrêté à Cornavin.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Léman Express est désormais opérationnel pour les usagers. Ce «moment historique» dimanche, attendu depuis plus de 100 ans, a été un peu gâché par la grève en France, limitant les trains entre les deux pays à un quart. Les perturbations vont se poursuivre lundi.

«Tous les trains étaient remplis à plus de 80%. Nous avons eu une grosse affluence», a indiqué dimanche en début de soirée à Keystone-ATS un porte-parole des CFF. A 05h03, plusieurs dizaines de personnes, surtout des officiels et des journalistes, étaient parties de Coppet (VD) dans le premier de ces véhicules.

Avant de retrouver à Cornavin celles du premier train venu d'Annemasse, premier à «gommer l'effet frontière» entre les deux pays, dans lequel avait pris place le conseiller d'Etat Serge Dal Busco. «C'est un moment historique», ont expliqué aussi bien des usagers que le patron des CFF Andreas Meyer. Un homme était accompagné de son fils de deux ans qui restera comme le plus jeune passager du tout premier train.

Pour autant, symboliquement, le lien facilité pour les transports entre les deux pays aura été un peu égratigné dès ce premier véhicule du plus grand réseau régional ferroviaire transfrontalier d'Europe. Annoncé jusqu'à Annemasse, celui-ci sera contraint de s'arrêter à la dernière gare suisse. Malgré tout, le premier mécanicien qui a conduit le train faisait alors part de sa «fierté».

Soutien de Pagani

La grève nationale en France, à laquelle s'ajoute un mouvement social local des cheminots, n'aura permis que de garantir une liaison sur trois entre Genève et Annemasse, en ajoutant l'effet sur deux RegioExpress par heure. Pas de quoi entamer la satisfaction de responsables politiques comme Rémy Pagani.

Le conseiller administratif de Genève soutient les revendications des employés côté français qui demandent une adaptation de leurs conditions aux coûts élevés par rapport au reste de leur pays. Et il souhaite déjà une extension du réseau.

Dimanche en début de soirée, Lémanis, la société qui exploite le réseau, annonçait le même dispositif réduit pour la journée de lundi où le Léman Express sera pour la première fois utilisé largement par les frontaliers. Dans le détail, tous les trains circulent normalement jusqu'à la dernière gare suisse.

En revanche, seule une liaison toutes les demi-heures rejoint Annemasse entre 06h00 et 22h00. En dehors de cette zone, des bus de remplacement sont encore prévus pour garantir les trajets. Autre effet, les trains RegioExpress, prévus deux fois par heure et par sens pour une halte seulement dans les gares principales du réseau, s'arrêteront à Cornavin.

Dizaines de milliers d'utilisateurs

Malgré tout, enthousiasme et soulagement étaient largement partagés. Arrivé début janvier, le directeur général de Lémanis Mario Werren admettait que la grève altérait un peu cette situation tout en ajoutant que le Léman Express ne serait pas toujours confronté à une telle période de perturbations.

Le Léman Express va rassembler chaque jour des dizaines de milliers d'utilisateurs dans près de 250 trains. Six trajets par heure et par sens sont prévus en semaine pour le segment du CEVA (Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse). Sur cette partie, la durée du trajet doit être divisée de plus de moitié, insiste Lémanis. En revanche, samedi, la nouvelle ligne du tram 17 entre Genève et Annemasse a elle été lancée samedi sans perturbation.

Tout au long du week-end, les Genevois ou les Français seront venus à la rencontre de la nouvelle infrastructure du Léman Express, assistant à de nombreux concerts et animations ou à l'inauguration de certaines gares. Au total, environ 20'000 personnes se sont rendues sur ces différents sites le long de la ligne, selon Lémanis.

Le Léman Express avait été officiellement inauguré jeudi par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Constitué de 230 km et de 45 gares au total, le projet a pu être établi grâce à une nouvelle ligne ferroviaire entre elles. Le segment du CEVA a demandé huit ans de travaux, avec un coût proche des deux milliards de francs.

(nxp/leo/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Fantasio le 15.12.2019 11:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive la France

    Tu parles d'un moment historique ! Premier jour d'exploitation et déjà en grève du côté français. Ça promet !

  • Pam le 15.12.2019 11:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La Suisse est magnifique

    Plus de 1 milliard et demi d'investissement Suisse pour 3/4 des pendulaires frontaliers français et....la grève aujourd'hui en France. Nous sommes pathétiques.

  • Jules le 15.12.2019 11:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toujours pour les mêmes...

    Vive la France!!

Les derniers commentaires

  • Lemano le 19.12.2019 08:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fonctionne très bien, mais

    Pour aller à Annemasse, je n'ai jamais pu aller plus loin que Chêne-Bourg. Au moins la ligne de tram 17 fonctionne jusqu'au bout. Un peu plus long, mais au moins on est sur d'y arriver.

  • impressionné le 17.12.2019 23:35 Report dénoncer ce commentaire

    Centre du monde

    Waouh! Les Genevois qui découvrent l'eau chaude, pardon, le RER. En 2019, il était temps. C'est une première mondiale.

    • Lemano le 19.12.2019 08:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @impressionné

      Il est vrai qu'à Zurich, ça fait des années que le RER, avec ses nombreuses lignes, fonctionnent très bien, pratiquement sans accroc, cela depuis des années, et ça continue de s'améliorer. À noter que cette région a toujours su investir beaucoup plus que Genève, sans attendre des subventions de Berne.

  • electeurGenevois le 17.12.2019 17:08 Report dénoncer ce commentaire

    oyé oyé fuyons

    La criminalité et les agressions vont augmenter dans les gares CEVA et autour. Certains quartiers jadis tranquilles comme Champel, verront leur attractivité chuter à cause de la gare CEVA. La gendarmerie genevoise étant totalement désorganisée grâce à la loi Police désastreuse de Pierre Maudet, n'aura pas les moyens d'assurer la sécurité. Il est temps de fuir Genève et vite......pour s'installer en France voisine !!!

    • Juge Dredd le 28.12.2019 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @electeurGenevois

      Donc tu vas t'installer directement d'où provient la criminalité? Intelligent dis donc. Annemasse est une zone de non droit ou même les frontaliers ont fui.

  • Morgane le 17.12.2019 16:49 Report dénoncer ce commentaire

    Abonnement CEVA trop cher

    L'abonnement annuel coute encore trop cher. Moi je continues de prendre ma voiture, ça c'est certain et plein de connaissances frouzes en feront autant.

  • Octave Vairgebel le 17.12.2019 15:36 Report dénoncer ce commentaire

    Question

    Petite question : Quel est le prix annuel d'exploitation ? On parle de 50 millions à la charge de Genève !

    • LickMyA le 17.12.2019 16:47 Report dénoncer ce commentaire

      @Octave Vairgebel

      pour le moment il y a que toi qui avance ce chiffre. depuis quand les CFF sont exploités par Genève ? C'est plutôt Berne qui paie et qui récolte l'argent des billets à coût prohibitifs. A 1200 CHF l'abonnement annuel CEVA, l'argent ne devrait pas manquer pour Berne.

    • balayageElectoral le 17.12.2019 17:04 Report dénoncer ce commentaire

      @Octave Vairgebel

      Tu devrais plutôt t'inquiéter des couts d'exploitation pris en charge par les contribuables genevois pour garder Maudet encore à son poste et lui verser après sa rente à vie. Ca c'est bien plus inacceptable que toutes les autres remarques stupides et puériles contre les frontaliers et ce train.