Grand Genève

27 décembre 2013 08:42; Act: 27.12.2013 08:47 Print

Le MCG Poggia vient en aide aux frontaliers

Le nouvel élu au Conseil d'Etat genevois Mauro Poggia demande à Berne de se pencher sur la réforme du système de couverture santé des frontaliers qui interviendra en juin prochain.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans six mois, les frontaliers devront faire un choix qui pourrait largement impacter leur budget: soit ils s'affilient à la sécurité sociale française, soit ils contractent une assurance suisse. La mesure qui entrera en vigueur le 1er juin prochain pèsera lourdement sur les finances des travailleurs exerçant en Suisse mais habitant en France, assurent les détracteurs de la solution imposée par Paris.

Les bonnets rouges hauts-savoyards qui militent contre cette mesure peuvent désormais compter sur un soutien inattendu. Dans un entretien accordé à la «Tribune de Genève», le nouveau conseiller d’Etat genevois en charge de la santé, Mauro Poggia, annonce avoir écrit à Berne afin d'anticiper au mieux le changement de régime. Le ministre appartient pourtant au Mouvement citoyens genevois (MCG), qui a bâti sa réputation et ses succès politiques sur la lutte contre les frontaliers.

Pour le ministre, il n'y a pas de contradiction. Le MCG ne conteste pas que le destin des frontaliers et de Genève sont liés. «Ce que le parti conteste, ce sont les décisions unilatérales, l'absence de concertation et de planification que ce dossier démontre», explique-t-il au quotidien local. C'est pour cette raison que Mauro Poggia a interpellé le conseiller fédéral Didier Burkhalter. Selon le MCG, Berne «traite la fin du régime privé français comme s'il s'agissait d'une question franco-française». Une erreur selon lui.

Il demande donc davantage de concertations et de collaboration entre la Confédération et le gouvernement français afin d'accompagner la modification de régime d'assurance qui pourrait par ailleurs représenter un manque à gagner annuel de 20 à 25 millions de francs aux Hôpitaux universitaires de Genève, à cause du départ de la clientèle frontalière.

(20 minutes)