Genève

25 janvier 2018 09:52; Act: 25.01.2018 17:39 Print

Le No 2 de la PJ aurait voulu étouffer une affaire

Le policier interpellé vendredi est soupçonné de contrainte et d'abus d'autorité à l'endroit de la domestique d'une patronne de bar à champagne.

storybild

L'affaire a pour toile de fond un bar à champagne prisé des policiers. (Photo: iStock)

Sur ce sujet
Une faute?

Le numéro deux de la police judiciaire, interpellé vendredi, est prévenu d'abus d'autorité, de contrainte et d'entrave à l'action pénale. Il a été entendu mercredi par le procureur général Olivier Jornot. Selon la «Tribune de Genève», il est intervenu dans un litige opposant la patronne d'un bar à champagne à sa domestique. Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir fait pression sur cette Sud-Américaine sans papiers.

La tenancière de l'adresse coquine, fréquentée notamment par plusieurs avocats et policiers de la place, dont le prévenu, suspectait sa gouvernante de lui avoir volé un collier. Cette dernière niait. A la demande de la patronne du troquet dont il est proche, le policier est intervenu dans ce conflit, jouant notamment les «médiateurs» au domicile de sa vieille amie. Sans succès.

L'employée de maison est par la suite allée dénoncer ses mauvaises conditions de travail au commissariat, soutenue par un collectif d'aide aux sans-papiers. C'est dans ce cadre qu'elle aurait lâché le nom du haut gradé, déclenchant un cataclysme. L'homme est désormais soupçonné d'avoir contraint la domestique et d'avoir tenté d'étouffer l'affaire.

Ses avocats, Mes Christian Lüscher et Daniel Kinzer, expliquent que leur client «conteste vigoureusement avoir commis la moindre infraction pénale». Les hypothétiques pressions? «Il est intervenu dans un cadre strictement privé, en tant que tiers neutre et de confiance, en vue de réconcilier deux versions contradictoires», ont-ils confié à la «Tribune de Genève».

(jef)