Genève

17 avril 2018 19:06; Act: 17.04.2018 19:09 Print

Le tri assidu repousse le spectre de la taxe au sac

par Lucie Fehlbaum - Genève est le dernier canton suisse à ne financer ses poubelles que par l'impôt. Il bat pourtant tous ses records de recyclage.

storybild

Le tri total des déchets urbains pour le Canton sélève, fin 2017, à 299 kg par habitants et par an. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«La taxe au sac est aujourd’hui enterrée», s’est réjoui Luc Barthassat, ministre de l’environnement. A l’occasion du bilan sur la gestion des déchets, mardi, le Canton a réaffirmé sa volonté de gérer le tri à sa manière. Il a ainsi présenté le taux record de 48,6% de déchets trié, sur les 50% prônés par la Confédération.

Sensibiliser les enfants
En gros, pour éviter le régime drastique, Genève a choisi de manger équilibré. La «p’tite poubelle verte» a été saluée, la collecte de déchet de cuisine ayant augmenté de 30% en trois ans.
«La taxe et la redevance sur l’incinération, payées par les
communes, les poussent à valoriser le tri, a ajouté Daniel Chambaz, directeur général de l’environnement. «Dès qu’on lui permet de valoriser ses déchets, la population le fait, a souligné le Maire de Lancy, Damien Bonfanti. Sensibiliser dans les écoles est essentiel pour faire de nos enfants les ambassadeurs du tri.» Le Canton a prévu plusieurs mesures pour atteindre 50% de récupération d’ici la fin de l’année.

«Quelques réglages»
14 000 tonnes de papier et 8000 tonnes de verre finissent encore dans les sacs noirs, incinérés. «Si on arrive à en sortir 3000 tonnes, on gagne 1% de taux de recyclage», a annoncé Jacques Martelain, directeur du Service de géologie, sols et déchets. Par ailleurs, la fin des tolérances communales, qui offraient la collecte de deux sacs 110 litres par semaine aux entreprises de moins de 250 employés, nécessite encore «quelques réglages» selon Luc Barthassat.