Genève

15 mai 2019 21:18; Act: 15.05.2019 21:19 Print

Quand pots-de-vin riment avec Cointrin

Le chef de la Sûreté de l'aéroport et le responsable d'une société de sécurité sont poursuivis dans le cadre d'une enquête pour corruption.

storybild

L'homme interpellé travaillait à l'aéroport de Genève depuis 2011. (Photo: Keystone)

Une faute?

L’opération s’est déroulée mercredi matin, au vu et au su de tous. Les agents de la brigade financière ont interpellé le chef de la sûreté de l’aéroport, ont fouillé son bureau puis l’ont emmené menotté. Il est soupçonné de corruption. Il aurait perçu de l’argent dans le cadre de l’attribution de marchés publics. Le patron d’une société genevoise de sécurité, suspecté d’être le corrupteur, a aussi été interpellé.

Le Ministère public a confirmé dans l’après-midi avoir diligenté plusieurs perquisitions, notamment à l’aéroport. Les deux hommes, prévenus de corruption active, passive et gestion déloyale des intérêts publics, ont été arrêtés provisoirement, indique le Parquet. Il a ajouté avoir ouvert une autre procédure, contre inconnu cette fois, après que la Cour des comptes l’a informé de possibles dysfonctionnements lors du processus d’adjudication, en 2018, des services de sûreté de l’aéroport.
L’affaire principale concernerait une société active dans la formation des employés de sécurité, notamment pour les machines à rayons X. La procédure comporterait aussi un pan relatif à la location de salles de formation, qui avait fait, début 2018, l’objet de soupçons (lire l’encadré).

Le chef de la sûreté de Cointrin est un ancien élu PLR de Bellevue. Il a été partie prenante à plusieurs adjudications de marchés publics à l’aéroport: le contrôle des bagages et la gestion des files d’attente attribués à Custodio et Securitas en 2018 (qui n’ont pas été visées par les opérations de mercredi); l’assistance au sol confiée à la société émiratie Dnata, célèbre malgré elle depuis le voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi en 2015.

(jef/mpo/dra)