Eolien (GE)

01 novembre 2013 15:21; Act: 01.11.2013 15:54 Print

Le contrat entre les SIG et Ennova est cassé

par Jérôme Faas - Le conseil d'administration des Services industriels a entériné ce vendredi matin la rupture du contrat liant la régie publique à la société Ennova.

storybild

Les SIG obtiennent deux projets de parcs éoliens. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Plus rien ne lie les Services industriels genevois (SIG) et la société tessinoise Ennova, censée commercialiser de l'énergie éolienne. Ce vendredi, le conseil d'administration de la régie publique a ratifié l'accord de divorce. Ce dernier stipule qu'Ennova rachète ses aux SIG pour un montant de 15 millions de francs. Par ailleurs, elle leur cède deux projets de parcs éoliens: celui de Saint-Brais et celui de Grandvent, dont la valeur totale atteindrait 8 millions.

Les SIG perdent évidemment des plumes dans l'affaire: ils avaient investi 46 millions dans l'entreprise tessinoise (qui pour l'heure n'a construit aucune hélice), et n'en récupèrent que la moitié. Pour les tenants de l'accord, largement majoritaires ce vendredi, l'essentiel est ailleurs. En se désengageant, les SIG seraient parvenus à éloigner un risque financier colossal, dépassant le milliard. En effet, si Ennova était parvenu à construire des éoliennes dans le futur, le contrat aujourd'hui cassé prévoyait d'exorbitantes redevances pour chaque watt produit.

Les SIG soulignent par ailleurs que les discussions ont été organisées «sous l'égide du Département de la sécurité, avec la participation déterminante du député Eric Stauffer». C'est donc un retour en grâce pour celui qui avait été exclu du conseil d'administration de la régie publique. «J'ai enlevé un milliard de risque du dos des Genevois», triomphait le tribun du MCG, ravi que son intervention soit officiellement reconnue par l'Etat.