Genève

14 octobre 2019 16:45; Act: 14.10.2019 17:25 Print

Le cycle va faire sa mue et veut mélanger les niveaux

par Lucie Fehlbaum - Le Département de l'instruction publique évoque une première année mixte et des programmes plus souples pour la refonte du Cycle d'orientation.

storybild

Réformer le Cycle d'orientation était un des principaux objectifs de campagne d'Anne Emery-Torracinta. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le mode Cycle d'orientation 2022 (CO22) est enclenché au Département de l'instruction publique (DIP). Cette institution née il y a 55 ans et déjà remodelée une demi-douzaine de fois va opérer une nouvelle mue, un des principaux objectifs de législature d'Anne Emery-Torracinta, ministre en charge du DIP.

La formule en vigueur aujourd'hui, le nCO (pour nouveau cycle d'orientation) n'a pas rempli les objectifs visés lors de son entrée en vigueur en 2011. Si elle a eu le mérite d'uniformiser les cycles genevois, en imposant un schéma unique pour tous les établissements, elle n'a pas amélioré la prise en charge des élèves les plus faibles. En résumé, les élèves en difficulté le restent et leur orientation n'est pas toujours couronnée de succès.

Première année mixte

L'élaboration du CO22 démarre ce mois, en vue d'un projet de loi pour l'automne prochain et d'une mise en application à la rentrée 2022. Il se voudra plus souple. Tous les niveaux seront réunis lors de la 9ème année (lire ci-contre). «Quand on mélange les sections, on ne tire pas les meilleurs élèves vers le bas», a souligné Anne Emery-Torracinta. La conseillère d'Etat a notamment fait mention des discriminations subies par les élèves de R1, le plus petit niveau, par leurs camarades de R2 et de R3, le plus haut. «Quand l'ensemble de l'école vous considère comme des nuls, la volonté d'apprentissage s'en trouve diminuée.» Pour l'élue socialiste, les enfants en première année du Cycle devraient ainsi être mêlés. Des options pourraient moduler les parcours.

Repenser les matières élémentaires

Elle mise également sur des programmes aménagés pour les élèves ayant de grandes difficultés. Trois matières élémentaires sont actuellement testées de la même manière, indépendamment du niveau. Il s'agit du français, de l'allemand et des maths. Les bons élèves s'en sortent toujours bien tandis que les plus faibles niveaux échouent à des taux importants. «Est-ce que cela a du sens de forcer l'apprentissage de l'allemand aux classes en grande difficulté plutôt qu'essayer de construire un vrai projet adapté pour eux?» a questionné la ministre de l'enseignement.

A l'inverse, les excellents élèves pourraient bénéficier d'une formation accélérée en deux ans. Ils obtiendraient leur Matu à 18 ans, comme c'est le cas dans d'autres cantons. Certaines matières seraient enfin groupées et les grilles horaires allégées. Cela serait notamment le cas pour les élèves qui cumulent parcours sportifs ou artistiques et école.

«La réforme précédente était portée par la politique, c'était peut-être l'erreur», a consenti Anne Emery-Torracinta. L'élaboration du CO22 se fera entre professionnels du terrain, expert, en consultant les associations de parents et les représentants des partis politiques.