Crise en Tunisie

15 janvier 2011 15:43; Act: 15.01.2011 17:25 Print

Le départ de Ben Ali fêté en Suisse

Environ un millier de manifestants ont célébré samedi à Genève et Lausanne le départ de Ben Ali.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Ben Ali c'est fini», ont scandé les participants. Ils ont exprimé à la fois leur joie, leur inquiétude et leur détermination à faire avancer la «révolution de jasmin».

Tant à Lausanne qu'à Genève, les manifestants, réunis à l'appel de plusieurs associations tunisiennes et sympathisantes, ont observé une minute de silence en hommage aux victimes des violences en Tunisie. Entre 200 et 300 personnes ont manifesté à Lausanne le matin, puis quelque 800 l'après-midi à Genève.

«Vive la révolution en Tunisie. Tout le pouvoir au peuple», «Solidarité avec le peuple tunisien en lutte pour son émancipation», «Dictateur Ben Ali va-t-en», affirmaient des pancartes.

Le travail commence

Les nombreux Tunisiens de Suisse présents oscillaient entre joie et inquiétude. «La chute tant attendue de Ben Ali a eu lieu, mais nous sommes inquiets pour la suite. Il faut que les représentants de l'ancien pouvoir s'en aillent», a déclaré Afif Ghanmi, militant des droits de l'homme.

«Notre rêve est devenu réalité, c'est possible de chasser les criminels», s'est exclamé à Genève sous les vivats Anis Mansouri, coordonnateur de l'Association des Tunisiens en Suisse. «Nous pleurons de joie le départ de Ben Ali, mais le travail commence maintenant pour construire la démocratie», a-t-il ajouté.

Les opposants ont réclamé la dissolution du parti gouvernemental, une conférence nationale pour prendre la relève, une assemblée constituante afin de rédiger une nouvelle constitution et l'organisation d'élections libres.

Fonds dans les banques suisses

Le soutien des gouvernements français et italien à Ben Ali a été conspué. Un orateur a demandé que les fonds du dictateur et de sa famille placés dans les banques suisses soient gelés, puis restitués au peuple tunisien.

Pour Ridha Ben Boubaker, membre du comité de soutien du peuple tunisien (CSPT), si «un point de non-retour est atteint, le combat n'est pas fini». «Il faut éviter un deuxième 7 novembre», a-t-il dit à la presse. Le 7 novembre 1987 marque l'arrivée au pouvoir de Ben Ali.

Un point de vue partagé par Mohamed Ben Henda, responsable du «Collectif solidaire avec les luttes sociales et politiques en Tunisie»: «Le système est encore en place. Ils essaient de maintenir leur mainmise sur le pays», a-t-il observé.

L'Arabie saoudite «poubelle»

Pour lui, «la révolution de jasmin peut avoir des retombées positives pour toute la région». «Elle peut s'étendre à d'autres pays arabes, elle va devenir un modèle, les pays arabes ont droit à la démocratie comme les autres», a affirmé Mohamed Ben Henda à l'ATS, en ajoutant: «il faut coûte que coûte faire avancer cette expérience».

Hafid Ouardiri, co-président de la Fondation de l'entre- connaissance, s'en est pris à l'Arabie saoudite, qui a accueilli Ben Ali. «L'Arabie saoudite ne doit pas devenir la poubelle de la dictature. L'Islam ne doit pas couvrir les actes d'un criminel», s'est-il exclamé.

«Ben Ali doit être jugé par son peuple ou par un tribunal international», a-t-il ajouté. Au nom de l'Association des victimes de la torture, Nait-Liman Abdennacer a indiqué que son organisation va rassembler des preuves «afin de poursuivre les tortionnaires et leurs commanditaires».

A Genève, par des températures printanières, les manifestants ont traversé la ville depuis la place Neuve pour se rendre devant le Palais Wilson, siège du Haut Commissariat aux droits de l'homme. Des voitures avec des drapeaux tunisiens se sont jointes au cortège bruyant qui a grossi en cours de route.

Changement grâce au «courage et à la détermination» du peuple

La situation en Tunisie a évolué de manière «déterminante» depuis vendredi après-midi, estime samedi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Ces changements sont dus au «courage et à la détermination de la population», selon la diplomatie suisse.

La population tunisienne demande ses droits démocratiques, en particulier la liberté d'expression et de rassemblement, souligne le DFAE contacté par l'ATS. La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey appelle les Tunisiens «à garder leur calme durant cette phase de rupture».

Les services de Mme Calmy-Rey ont par ailleurs mis en place une ligne téléphonique d'aide aux citoyens suisses qui se trouvent en Tunisie. Le DFAE leur recommande de contacter leur agence de voyage et de se renseigner auprès des compagnies aériennes pour les vols de retour.

Le DFAE conseille aux touristes d'éviter les grands rassemblements et les manifestations. Les voyages qui ne sont pas urgents devraient être remis à plus tard.

(ats)