Genève

17 janvier 2020 16:06; Act: 17.01.2020 16:14 Print

Le gouvernement genevois sonne l'urgence climatique

De nouveaux objectifs plus ambitieux liés aux émissions de gaz à effet de serre ont été décidés vendredi par le Conseil d'Etat genevois, qui déclare l'urgence climatique.

storybild

Le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers a déclaré vendredi que les nouveaux objectifs climatiques constituent un «projet énorme». (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Conseil d'Etat déclare l'urgence climatique. En réponse à une motion des Verts qui relayaient l'appel des jeunes, le gouvernement renforce ses objectifs en visant une réduction de 60% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990.

L'exécutif a aussi pour but la neutralité carbone en 2050. Ces objectifs nécessitent «une réorganisation majeure de notre société», a insisté vendredi devant le Grand Conseil le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers. Il faudra «déglobaliser des activités», diminuer les échanges de marchandises et revoir l'organisation territoriale, selon Antonio Hodgers.

«Il s'agit d'un projet énorme d'une génération qui est la nôtre», a déclaré l'élu écologiste.

Jean Rossiaud, premier signataire de la motion envoyée à l'unanimité en octobre à l'exécutif, se réjouit des efforts conséquents du gouvernement, mais il estime que l'on pourrait aller plus vite. Les budgets doivent tenir compte de cette urgence climatique, a-t-il insisté.

Le Conseil d'Etat a lancé des travaux pour compléter le Plan climat cantonal. Une étude «neutralité carbone à Genève en 2050» a été confiée au centre de la durabilité de l'Université de Lausanne. Elle doit permettre d'identifier les virages structurels que devra prendre le canton. Le Grand Conseil a pris acte vendredi des réponses du Conseil d'Etat.

(nxp/ats)