Genève

28 octobre 2013 18:06; Act: 28.10.2013 18:30 Print

Le monument controversé déménage

«Les Réverbères de la Mémoire», visant à se souvenir du génocide arménien, devrait être aménagé vers l'ONU et non plus en ville. Il avait suscité la polémique dès sa conception.

Une faute?

Envisagé dans un premier temps au Bastion Saint-Antoine, près de la vieille ville de Genève, le projet artistique en souvenir du génocide arménien intitulé «Les Réverbères de la Mémoire» devrait finalement prendre place dans le parc du Musée Ariana, près de l'ONU. Il reste à obtenir l'autorisation de construire.

Une quinzaine de lieux ont été prospectés et le choix s'est finalement porté sur le Musée Ariana, a indiqué à l'ats le porte-parole du département de la culture de la Ville de Genève, Félicien Mazzola, confirmant une information du quotidien «Neue Zürcher Zeitung». La balle est désormais dans le camp du canton de Genève, qui est seul habilité à délivrer le feu vert pour l'ouverture du chantier.

Ce projet à la mémoire du génocide arménien de 1915 a été accepté en 2008 par le Conseil municipal de la Ville de Genève. Dès le départ, il a provoqué colère et incompréhension du côté de la Turquie et des diverses associations turques en Suisse. Il met également dans l'embarras la Confédération dans ses relations avec Ankara.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) estime notamment «que la Ville de Genève doit veiller à tenir compte des intérêts de toutes les parties concernées en trouvant une solution consensuelle». Il rappelle toutefois que la Confédération n'a «aucune autorité sur ce projet», voté par la municipalité en 2008.

Le conseiller fédéral Didier Burkhalter, chef du DFAE, a eu l'occasion d'aborder la question avec les autorités cantonales et municipales genevoises lors de la dernière réunion du groupe permanent conjoint Confédération-canton de Genève. La Ville de Genève ne semble actuellement pas vouloir modifier le projet.

(ats)