Genève

20 octobre 2019 20:17; Act: 20.10.2019 20:32 Print

Le mouvement citoyen genevois tire sa révérence

par Lucie Fehlbaum - Le parti anti-frontaliers a perdu son siège au National. Ses idées seraient démodées.

storybild

Roger Golay sen va, mais imagine son parti revenir en 2023. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les résultats de dimanche mettent un terme à huit ans de siège MCG sous la coupole. La fin de règne d’un drôle d’animal, qui aura vécu à fond avant de perdre presque toutes ses plumes en une année. Car le Mouvement Citoyen Genevois avait déjà explosé en vol aux élections cantonales de 2018, où il avait perdu 9 sièges au Grand Conseil.

Affaires internes

A force de répéter que le parti anti-frontalier n’était pas mouillé dans les affaires du bout du lac (ndlr: Maudet puis Dal Busco), il en aurait presque oublié ses tensions internes. A commencer par Eric Stauffer et son come-back orchestré depuis le Valais. Après avoir claqué la porte du parti qu’il avait cofondé, le tribun a posé sa candidature au National sur une liste PBD, ne cachant pas sa véritable motivation: récupérer le MCG. «Je ne lui en veux pas, bien que la multiplication des petites listes ait dilué les voix, assure Francisco Valentin, président du parti. Je suis juste triste pour lui qu’il n’ait rien d’autre à faire que de nuire au MCG.» Une procédure judiciaire avec un autre groupe de dissidents a peut-être également contribué à la confusion des électeurs.

Démodé, le MCG?

Mais la déroute du MCG vient peut-être aussi d'idées passées de mode. Mauro Poggia, conseiller d’état issu de la formation, le jugeait en 2018 «moins original» qu’à sa grande époque. La lutte contre les frontaliers, qui a fait son succès durant quinze ans, n’aurait plus la cote. «Quand les thèmes d’actualité étaient les migrants et la sécurité, les électeurs cherchaient la sécurité et se réfugiaient chez les partis conservateurs, estime le conseiller national sortant, Roger Golay. Aujourd’hui, les Verts séduisent car la croissance a augmenté. Mais ils vont appauvrir la population. Je n’exclus pas un retour du MCG dans quatre ans.»