Genève

24 avril 2016 14:28; Act: 24.04.2016 15:20 Print

Le patron désire engager, mais que des frontaliers

par Jérôme Faas - Une offre d’emploi fait scandale. Le restaurateur s’explique. Un flou entoure cette affaire.

storybild

Musa avec la lettre de l'Office cantonal de l'emploi (OCE), datée du 17 novembre, attestant qu'il y a enregistré son emploi vacant. (Photo: jef / 20 minutes)

Une faute?

Les réseaux sociaux ont crépité tout jeudi. Musa, à l’origine de la tempête, dit avoir reçu des menaces. La page facebook de son restaurant est couverte de commentaires outrés et d’appels au boycott. En cause, une annonce en ligne. «Cherche serveuse à 100%, uniquement frontalière.»

«Honteux», «scandaleux», «dégueulasse». Les internautes se sont déchaînés. Vendredi, Musa assumait. «C’était un ras-le-bol. Bien sûr que si une locale veut travailler, je la prends. Mais elles ne veulent pas. Depuis que j’ai contacté l’office cantonal de l’emploi en novembre, j’ai vu une vingtaine de filles. Aucune n’a pris le boulot.» Selon lui, les candidates ne cherchaient qu’un job d’appoint, refusaient de travailler le soir ou n’étaient disponibles que quelques mois. «J’en ai eu marre. Et les frontalières, on les prie de revenir le dimanche pour un banquet, elles sont là avec le sourire.»

Qu’ils croient ou pas ces arguments, le procédé heurte deux députés. «Tolérer cela est absolument exclu. C’est moralement inacceptable, réagit Romain de Sainte Marie (PS). Ça l’est autant que de réserver un emploi à un Suisse ou à un Genevois.» Carlos Medeiros (MCG), lui, «peut comprendre la démarche car dans certains secteurs, il y a un problème, c’est une réalité. Mais c’est très maladroit, l’annonce est inacceptable. C’est de la discrimination. On n’est plus chez nous ou quoi?» L’offre ne viole en revanche pas la loi, juge Me Bernard Nuzzo. «Elle ne contient aucune discrimination raciale ou religieuse.»