Genève

09 juin 2011 22:23; Act: 09.06.2011 22:34 Print

Le sort du Moa Club n'est pas encore scellé

A Genève, le sort du Moa Club n'est pas encore scellé. Le parlement a renvoyé en commission le projet de loi ouvrant un crédit de 14 millions de francs pour l'achat du terrain à Vernier.

storybild

La fermeture du Moa Club avait déclenché une tempête politico-juridique à Genève à l'automne 2010.

Une faute?

Le sort du Moa Club n'est pas encore scellé. Jeudi soir, le parlement genevois a renvoyé en commission des finances le projet de loi ouvrant un crédit de 14 millions de francs pour l'achat des parcelles qui l'abritent à Vernier.

La fermeture du Moa Club avait déclenché une tempête politico- juridique à l'automne 2010. Le Grand Conseil avait alors adopté une résolution visant à la réouverture, sur place ou ailleurs, de cette discothèque à succès.

Mais le Moa Club n'occupe que 500 m2 des deux hectares de la superficie totale des deux parcelles concernées par le crédit d'investissement. Déclassés en zone industrielle et artisanales, ces terrains situés à proximité du rail pourront accueillir les entreprises qui seront délocalisées par le projet Praille-Acacias- Vernets, selon le Conseil d'Etat.

«Véritable spéculation»

Les débats se sont focalisés sur le prix d'achat, à savoir 750 francs le mètre carré, terrain et bâtiments compris. Une somme jugée prohibitive pour une zone industrielle. «On est en train de faire une véritable spéculation immobilière et de faire un précédent», a dénoncé Eric Bertinat, de l'UDC.

Un avis partagé par le MCG et les Verts. Ces derniers ont déposé un amendement visant à baisser le prix d'acquisition à 5,2 millions de francs. Divisé sur la question, le Parti socialiste a demandé le renvoi en commission des finances. Cette proposition a été adoptée par 41 oui, 33 non et 8 abstentions.

A l'instar du conseiller d'Etat Mark Muller, à la tête du Département des constructions, le PDC et le PLR ont fait valoir un taux de rendement de 7,5% des terrains. En cas d'acquisition, l'Etat encaissera en outre 3 millions de francs de recettes fiscales provenant de l'impôt sur le bénéfice.

(ats)