Vol à l'étalage

15 juin 2011 13:09; Act: 15.06.2011 13:52 Print

Les bandes affûtent leurs techniques de vol

par Shahïn Ammane - Les gardes-frontière ont interpellé quatre Chinois à la frontière. Leur butin a révélé de nouvelles méthodes de chapardage.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Une veste dont la poche intérieure est doublée d’alu. Une première selon la police genevoise qui a exhibé l’habit mercredi à la presse. Explication de son porte-parole Patrick Pulh, « Des vêtements et des sacs à main sont ainsi préparés pour passer les portiques de sécurité des grands magasins sans déclencher l’alarme». Un autre gadget d’une nouvelle nature est montré: une série de puissants aimants accolés et introduits dans une poche pouvant brouiller les champs électromagnétiques et neutraliser l’alarme à la sortie des commerces.

Passés maîtres dans l’art du vol à l’étalage

Ces méthodes sont l’apanage de bandes venues en majorité de Chine ou de Mongolie. Celle dont il est question s’est fait pincer jeudi dernier dans les alentours de la douane de Chancy. «Des éléments probants nous ont alertés», indique le communiquant des gardes-frontière Michel Bachar. Plaques française, conduite hésitante, quatre hommes à l’intérieur du véhicule et sans doute une collaboration accrue avec la police cantonale ont permis de mettre la main sur ces ressortissants chinois. Le chauffeur était par ailleurs muni d’un faux permis de conduire russe. A l’intérieur de sa voiture: La veste et des sacs doublés d’alu, une dizaine de bouteilles d’alcool fort, des parfums, 30 boîtes de fond de teint! Autant de petits objets onéreux facilement dissimulables dans des poches et destinés au marché noir français.

Aucune traçabilité, aucune plainte, voleurs libérés

Les méthodes des malfrats sont, semble-t-il, bien rodées. D’ailleurs, la moitié de la fine équipe est déjà connue des services de police pour des vols et interdite de territoire suisse pour plusieurs années. Il n’empêche qu’ils ont tous été relâchés faute de plainte. «Les étiquettes des produits volés avaient été arrachées, donc impossible de connaître la provenance de ces marchandises», indique Patrick Pulh. Désormais tous fichés et leurs techniques révélées, les auteurs de ces délits ont perdu la longueur d’avance qu’ils avaient.