Coop des Palettes (GE)

06 septembre 2019 16:46; Act: 06.09.2019 16:50 Print

Les braqueurs jugés pour tentative d'assassinat

par Jérôme Faas - Le Ministère public a rendu l'acte d'accusation relatif au braquage de février 2016, au cours duquel deux personnes avaient été blessées par balles.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les suspects du braquage de la Coop des Palettes, survenu à Lancy en février 2016, seront jugés au Tribunal criminel. Le Ministère public, qui a rendu son acte d’accusation le 2 septembre, a décidé de frapper fort. Le tribunal en question ne siège que lorsque des peines supérieures à 10 ans sont requises. Ce sera le cas pour les deux principaux prévenus, contre qui le Parquet a décidé de retenir la tentative d’assassinat.

Le 25 février 2016 à 19h15, les deux prévenus, dont l'un était armé d'un pistolet, étaient entrés dans le magasin, avaient menacé plusieurs employés et avaient fait main basse sur un faible
butin de 5332 fr. et 5 euros. Durant cette attaque, deux coups de feu avaient été tirés dans le commerce, le premier touchant une employée au pied, le second blessant un client, au pied également. Deux autres coups de feu avaient été tirés en pleine rue durant la fuite des prévenus.

«Jamais ils n'ont voulu blesser»

Le tireur et son complice (considéré comme co-auteur car ayant accepté «pleinement et sans réserve» les actes du premier), deux gamins du quartier alors âgés de 21 et 20 ans, sont sévèrement jugés par le Parquet. Il relève que les victimes ne faisaient aucunement obstacle aux malfrats, prêts «à sacrifier leurs vies», sans autre utilité que leur «satisfaction».

Ces mêmes hommes devront également répondre d'un deuxième braquage, perpétré deux mois plus tard, le 20 avril 2016, à la station BP de Perly. Avocat du tireur présumé de la Coop, Me Timothée Bauer indique que son client «regrette profondément les faits. Depuis, il a beaucoup mûri, et est un homme différent de celui des qu'il était au moment des faits. Il espère que le Tribunal restera raisonnable et comprendra que jamais ils n’ont voulu blesser et encore moins tuer quiconque.» Me Arnaud Moutinot, qui défend son complice, n'a pu être joint ce vendredi.

Trois autres prévenus

Le procès se penchera enfin sur deux autres brigandages, celui de la supérette PAM des Palettes, survenu le 12 février 2016, et celui de la station-service Tamoil de Plan-les-Ouates, le 8 août 2016, ce dernier impliquant deux autres prévenus, âgés de 21 ans et 18 ans au moment des faits. L'avocate de l'un d'eux, Me Roxane Allot, n'a «à ce stade, pas de commentaire à apporter» alors que l'autre, Me Imad Fattal, n'était pas joignable.

Un cinquième prévenu, suspecté d'avoir fourni l'arme utilisée lors du braquage de la Coop, sera aussi jugé. Son avocat, Me Brice Van Erps, annonce qu'«en l'état, ces faits sont contestés», et qu'il plaidera l'acquittement de son client.