Football

21 avril 2015 09:15; Act: 21.04.2015 13:27 Print

Les députés refusent les factures du Servette FC

La commission de contrôle de gestion du Grand Conseil a décidé unanimement qu'aucun soutien financier ne serait accordé au club de football genevois.

storybild

Hugues Quennec avait lancé au début du mois un appel à l'aide aux pouvoirs publics. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

Pas un centime. Hugues Quennec, président du Servette, ne devrait rien recevoir de la part du Canton. Tous les députés membres de la commission de contrôle de gestion du Grand Conseil y sont opposés, a révélé la RTS. Ces élus se sont réunis lundi après-midi afin d'étudier les demandes d'Hugues Quennec. Début avril, le boss du club a adressé à l'Etat une facture de 6 millions de francs pour l'entretien du Stade de Genève au cours des trois dernières années.

Les membres de la commission proposent en revanche le dépôt d'une motion en urgence, afin que le Canton propose rapidement un plan d'investissement pour remettre à niveau le stade de la Praille. Si la Fondation du Stade de Genève, actuellement en tractation avec le club, acceptait d'accorder de l'argent au club, la décision finale reviendrait de toute façon au Grand Conseil, précise la RTS.

Une discussion, mais aucun vote formel

Formellement, les discussions de la commission de contrôle de gestion n'ont donné lieu à aucun vote, tempère cependant sa présidente, la Verte Sophie Forster Carbonnier. Le député PDC Bertrand Buchs confirme qu'aucun vote formel n'est survenu, «car nous n'avons aucun pouvoir de décision. Mais l'interprétation de la RTS est correcte: tous les groupes ont dit clairement qu'ils n'accepteront pas d'entrer en matière sur les factures du club.» Quoi qu'il en soit, pour que le Grand Conseil statue sur cette demande, il devrait être saisi d'un projet de loi.

Quant à la motion, «on essaie de trouver une solution commune, mais il n'est pas sûr qu'on la trouve, indique Sophie Forster Carbonnier. On travaille sur un texte, mais plusieurs versions circulent. Les partis sont d'accord sur le principe, pas forcément sur la manière de faire.» Bertrand Buchs, pour sa part, affirme que le texte sera déposé en urgence pour la séance parlementaire du 7 mai.

Interrogé mardi matin par la RTS, le conseiller administratif Rémy Pagani a estimé que «si la commission a refusé d'entrer en matière, c'est qu'elle a des raisons valables». L'élu d'Ensemble à Gauche rappelle qu'il était prévisible que le stade coûterait plus cher que ce qui avait été envisagé.

(mag / jef)