Genève - Lisbonne sans fric

19 février 2017 18:54; Act: 19.02.2017 18:54 Print

Les deux auto-stoppeurs ont réussi leur défi

par Marine Guillain - Deux étudiants partis de la cité de Calvin sans argent ni téléphone sont arrivés dans la capitale portugaise dans le délai qu'ils s'étaient fixé.

storybild

Flo et Dino on fini leur voyage en beauté, en surfant sur les spots du Portugal. Ils s'étaient lancé le défi de faire du surf au moins une fois durant leur périple. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«On est arrivés, youhou!» Dino et Florian, deux Genevois de 25 et 21 ans, ont réussi leur pari: rallier Genève à Lisbonne en deux semaines, sans argent ni téléphone. Ils sont même arrivés dans la capitale portugaise suffisamment en avance pour aller surfer sur les spots de Caparica jeudi, avant de prendre leur avion pour Genève vendredi soir.

En 15 jours, les deux universitaires ont pris 38 véhicules en auto-stop. Ils ont dormi dans une quinzaine de villes: Lyon, Condrieu, Montpellier (France), Figeras, Barcelone, Tarragone, Saragosse, Madrid, Avila, Salamanque (Espagne), Viseu, Coimbra et Lisbonne (Portugal). «On n'a jamais dormi dans la rue, racontent-ils. En fait c'était plus simple que ce qu'on avait imaginé. Après, il y a eu des moments moins sympas, comme mercredi, quand on a dû attendre sept heures avant d'être pris en stop!» Les garçons avaient aussi attendu plus de deux heures pour quitter Barcelone. Ils disent avoir eu bien plus de facilité à trouver de l'aide en France qu'en Espagne et au Portugal.

Un mannequin, des pro-Trump et des surfeurs

«Au début on stressait un peu, en se demandant chez qui on allait dormir, confie Florian. Puis à la fin, on savait qu'on allait de toute façon trouver quelque chose.» «On ne sait jamais qui va nous apporter de l'aide, poursuit Dino, et ça c'est une belle leçon de vie.» Sur leur route, les garçons ont fait connaissance avec un mormon, une fraternité féministe portugaise, des pro-Trump, des surfeurs, des familles, des touristes, ont dormi chez un pasteur et pris un taxi avec une top-modèle belge.

«On n'a pas utilisé d'argent une seule fois et on a toujours pu manger à notre faim. Mercredi soir on a même trouvé une école de danse pour essayer la samba et le lendemain on a fait du surf gratuitement, c'est fou!» Florian dit avoir retrouvé sa foi en l'humanité grâce à toutes ces expériences: «On a tellement reçu, on va prendre du temps pour digérer. Et dorénavant, je vais essayer de beaucoup plus aider les gens».

Le premier jour de l'aventure de Dino le brun et Florian le roux en vidéo:

Pour découvrir l'article reportage du premier jour, c'est ici. Pour l'interview des deux baroudeurs avant leur départ, c'est par là.