Genève

11 février 2019 21:30; Act: 13.02.2019 01:30 Print

Les étrangers pourraient voter au niveau cantonal

par Léonard Boissonnas - Les partis de gauche du Grand Conseil déposent un projet de loi pour étendre les droits politiques des étrangers.

storybild

La population étrangère au bout du lac sélève à 40% environ. (Photo: Keystone)

Une faute?

C’était en avril 2005. Les Genevois accordaient le droit de vote communal aux résidents étrangers. Près de quatorze ans après, l’Alternative (Ensemble à Gauche, Parti socialiste et Les Verts) souhaite étendre ce droit au niveau cantonal. Un projet de loi est déposé mardi auprès du Grand Conseil. La mesure concernerait les ressortissants étrangers de 18 ans révolus et résidant en Suisse depuis huit ans au moins. Ceux-ci pourraient aussi se présenter à une élection, qu’elle soit communale ou cantonale.

Une «question de justice sociale»

«C’est une question de justice sociale, indique Jocelyne Haller, députée d’Ensemble à gauche et auteure du projet de loi. Ces gens vivent ici et sont soumis aux mêmes devoirs que les Suisses, mais ils n’ont pas les mêmes droits. Il faut que ces personnes ne soient pas amenées seulement à contribuer, mais aussi à participer.»

Le projet de la gauche doit encore être étudié par les groupes politiques adverses. «Mon parti ne s’est pas encore exprimé, mais personnellement, je suis en faveur de cette idée», déclare la députée PDC Anne Marie Von Arx-Vernon. Pour François Baertschi, du MCG, une telle loi créerait des «citoyens à deux vitesses»: «Nous sommes plutôt favorables à la naturalisation», dit-il. «Si on veut avoir le droit de s'exprimer, il faut se naturaliser», clame Patrick Lussi de l’UDC. Le PLR Antoine Barde veut attendre d’entendre les arguments de la gauche, mais «a priori, je ne suis pas favorable à cette idée, car nous avons un système bien rôdé.»