Délits routiers

23 février 2011 09:11; Act: 23.02.2011 09:56 Print

Les frontaliers casquent toujours plus

La coopération franco-suisse en matière d’échanges de données a permis d’identifier près de huit fois plus de chauffards français.

Une faute?

L’adage qui veut que les conducteurs français qui se font pincer sur les routes suisses ne payent jamais leurs amendes est en passe de disparaître. Car les gendarmes possèdent un nouvel atout dans leur manche pour traquer les mauvais payeurs. Un accord franco-suisse de partage des données mis en place récemment a en effet permis d’identifier 7,6 fois plus de Français mauvais conducteurs, annonce «Le Messager».

Auparavant, la lourdeur administrative empêchait souvent les pandores de remonter la piste du contrevenant. Mais depuis un an, l’intervention du Centre de coopération policière et douanière entre la France et la Suisse basé à Genève a changé la donne. Le système permet aussi aux autorités helvétiques de se servir directement à la source si l’amende reste impayée en ordonnant une saisie sur salaire. La contravention peut même être commuée en jour de prison.

Et si la traque aux chauffards frontaliers semble se durcir, le journal local rappelle tout de même que seul la moitié des 14'000 conducteurs suisses flashés en France se sont acquittés de leur dû.

(20 minutes)