Genève

06 janvier 2019 20:32; Act: 07.01.2019 13:45 Print

Les gilets jaunes genevois font un gros flop

Seuls trois militants du bout du lac se sont réunis à la gare pour se rendre à Berne samedi. Ils n'étaient pas abattus pour autant.

storybild

Gérard, Philippe et Chloé ont rallié Berne en souriant, malgré le froid et l'absence d'élan populaire. (Photo: 20 minutes / jef)

Sur ce sujet
Une faute?

Ce n’était pas le grand soir, plutôt le grand froid. Alors que samedi en France, les gilets jaunes pullulaient, à Genève, ils étaient trois: Chloé, Gérard, Philippe. Deux enseignants (un retraité) proches des mouvements de gauche et un développeur informatique. A la suite d’un appel sur les réseaux sociaux, ils se sont retrouvés à la gare pour rallier Berne, où quelque cinquante contestataires ont manifesté.

Ils sont peu? «Cela vaut la peine d’être trois avec une intention, juge Gérard. Parfois, les mouvements couvent, et à un moment... Il faut écouter l’herbe pousser.» Ils évoquent le prix des primes maladie, l’impossibilité de révoquer les élus, une justice à deux vitesses, l’austérité budgétaire. La vie n’est-elle pas plus douce ici qu’en France? «Ce n’est pas parce que ça va que rien n’est à améliorer», dit Chloé.

(jef)