Genève

20 mai 2010 15:54; Act: 21.05.2010 08:23 Print

Les joueurs de bonneteau sévissent encore

par Shahïn Ammane - L’arnaque au jeu de cartes est en plein boom. La police a tiré jeudi la sonnette d’alarme. Reportage.

storybild

Les joueurs de bonneteau en plein travail jeudi dans les Rues-Basses. (Photo: SHA)

Une faute?

«Tchou! Tchou! Tchou!» L’onomatopée est significative. Elle fait se disperser le groupe de sept hommes occupés à ferrer les passants. Le tapis bleu, posé à même le sol, se plie et se dissimule sous une veste. Une femme qui vient à peine de perdre 100 francs en misant sur la mauvaise carte est en­core là, debout, abasourdie. Une voiture de police glisse le long de la rue du Marché, à Genève. Elle s’éloigne. Le jeu peut reprendre.

Trois hommes reprennent leurs positions. Ils guettent le retour de la patrouille. Un autre posté plus loin tient son téléphone portable, prêt à appeler ses complices à la vue des gendarmes. La machine à arnaquer peut reprendre. Les billets dans une main, un des comparses fait mine de miser. Il gagne une fois et perd l’autre. L’argent passe d’une main à l’autre sans jamais disparaître dans une poche. Son acolyte encourage les curieux attirés par l’argent «facile» à participer.

L’animateur, flairant le pigeon, l’interpelle et lui tend un bifton. «Take money», lance-t-il sur un ton défiant. Le chaland croit pouvoir s’emparer des sous. «No, play, show me money.» Hésitant, le badaud préfère encore observer. Il lui faudra encore trois minutes pour se laisser tenter avec toute l’assurance de celui qui sait. Et bam! Ses cent francs passent dans la main de l’escroc.

La police prend pourtant des mesures contre ces arnaques. Dans le cadre de l’opération «Figaro», elle multiplie les contrôles de ces personnes. Mais c’est bien connu, lorsque le chat est absent, les souris dansent... Et se remplissent les poches.


Une vidéo prise par un lecteur, rue Confédération à Genève en avril