Genève

25 février 2019 20:31; Act: 25.02.2019 20:31 Print

Les lésés des promoteurs votent le concordat

Une majorité des créanciers a accepté le plan de remboursement partiel qui leur était soumis. Le juge doit encore se prononcer.

storybild

Les prétentions des créanciers de la société de promotion immobilière frôlent les 30 millions de francs. (Photo: Keystone/Salvatore di Nolfi)

Sur ce sujet
Une faute?

Le projet de concordat soumis mercredi soir aux plus de 300 créanciers de la société des deux promoteurs immobiliers dans le viseur de la justice genevoise depuis 2013 a passé la rampe. Une majorité des victimes a adopté le plan de remboursement partiel qui leur était proposé. Celui-ci prévoit, sur un total de 29,9 millions de francs réclamés par les lésés, la restitution à terme d'environ 18 millions de francs (la libération de 3,9 millions étant garantie dans ce cadre, le solde dépendant du Ministère public, qui l'a placé sous séquestre). Voté, le concordat doit encore être homologué par le juge du Tribunal de première instance.

Pas d'échappatoire

Parmi les faits notables survenus mercredi lors de l'assemblée des créanciers, une modification du projet de concordat a été opérée en cours de soirée, sous l'impulsion notamment de Me Dimitri Tzortzis. Les promoteurs ont accepté que soient biffés les paragraphes interdisant aux créanciers de les poursuivre à titre personnel au pénal, dans l'espoir d'y récupérer de l'argent.

«Venus les mains dans les poches»

Ils ont d'abord refusé, «mais quand vous avez 300 personnes en colère devant vous...», raconte un créancier qui a perdu 50'000 francs pour un appartement qu'il n'a jamais obtenu. «Cette décision a pour conséquence qu'ils ne peuvent plus se défausser», commente-t-il, s'émouvant de l'attitude des deux hommes d'affaires lors de cette soirée. «Ils sont venus les mains dans les poches, cool. Cela a très mal passé.» Tout ce qu'il désire à présent, c'est tourner la page. Il se dit prêt à s'asseoir sur les intérêts dus -qui atteignent presque 10'000 francs, mais veut vite obtenir une partie de son capital. «Si j'étais juge ou procureur, ma priorité, ce serait que les gens récupèrent leurs économies.»

(jef)