Genève

30 mai 2017 20:42; Act: 30.05.2017 20:45 Print

Les lettreux souhaitent un congé entre cours et exas

par Lucie Fehlbaum - Les étudiants du bout du lac sont les seuls Romands à enchaîner sans pause cours et examens. L’Uni entre en matière.

storybild

Plus dun tiers des 1800 étudiants aimeraient une pause. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Sur ce sujet
Une faute?

«Passer un examen le samedi sur un cours qui s’est achevé le vendredi, c’est un peu absurde.» Contrairement à leurs homologues romands, les étudiants en Lettres de l’Université de Genève n’ont pas de pause pour réviser entre la fin des cours, qui a eu lieu vendredi passé, et les examens, commencés le lendemain.

L’association des étudiants en Lettres (AEL) a agi en écrivant au décanat début février. «Une halte serait salutaire, entre les cours à réviser, les dossiers à rendre... Sans compter que de nombreux étudiants travaillent à côté et n’ont pas tout le loisir de réviser pendant l’année», argumente Julie Polli, vice-présidente de l’AEL. En avril, un tiers de la fac a répondu à un sondage de l’association pour plébisciter la pause printanière à 94%. En Suisse romande, un temps de révision est la règle. «A Lausanne, la semaine de break, instaurée en 2008, émane de la direction,» indique Géraldine Falbriard, attachée de presse de l’Unil. A Neuchâtel, les lettreux ont six jours pour se préparer. A Fribourg, le cas est particulier (lire encadré), mais la pause existe.

Le décanat de l’université de Genève a ouvert la discussion avec l’AEL et l’a déjà rencontrée deux fois. «Quatre jours de révisions sont envisagés», révèle Marco Cattaneo, responsable médias. Le compromis convainc l’AEL. Il pourrait entrer en vigueur au printemps 2019

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Hayce le 30.05.2017 21:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    Malheureusement cette faculté n'est pas la seule concernée à Genève. Il serait temps d'arrêter de croire que les étudiants sont des machines ou qu'il sont tous des glandeurs. De nos jours le système est de plus en plus exigeant. Où est-ce que ça s'arrêtera?

  • Leona le 30.05.2017 21:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un peu de compréhension svp

    Meme chose pour les apprentis, certes ils n'ont peu etre pas de choses complexes à savoir mais quand on bosse de 8h a 19h tous les jours et qu'on a aucune pause pour les examens de CFC je trouve cela pas normal. J'espere que ça va changer

  • Un ancien étudiant le 30.05.2017 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    titre d'article maladroit

    Les étudiants ne demandent pas un "congé" afin de se reposer ou pouvoir partir en vacances. Il s'agirait d'avoir une pause entre la fin des cours et les examens, pause permettant d'avoir le temps de préparer les examens, les dossiers - conséquents - qui y sont liés, etc. Pause nécessaire quelque soit la faculté d'ailleurs. Ces préparations d'examens doivent alors trop souvent être expédiées, ce qui péjore la qualité du futur examen.

Les derniers commentaires

  • W. Kowalski le 01.06.2017 15:42 Report dénoncer ce commentaire

    A tous

    Non, il précise juste que tout s'équilibre. Les matières scientifiques nécessitent beaucoup d'heures de présence (usage du matériel de recherche; instruments de mesure, etc.) Les littéraires ont moins d'heure de présence lors du cours mais rédigent des textes qui vont jusqu'à 50'000 mots (avec espaces). Arrêter de toujours dénigrer les étudiants, bien que je ne sois pas trop fan des lettres, je reconnais qu'il en faut aussi, et c'est tant mieux ainsi! Une semaine de congé peut paraître absurde mais il y a une raison pour laquelle ils (étudiants UNIGE) la réclament.

  • Jane G. le 31.05.2017 21:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ne vous plaignez pas de traîner sur les bancs !

    Mais faut arrêter ces pleurnicheries les étudiants, oui il y a un peu de stress mais enfin allô, quoi...on ne peut pas vous payer des fauteuils de massage et des retraites en montagne pour réviser en plus...on a de la chance de pouvoir étudier, les impôts paient cher ces études, et on y gagne des emplois bien payés. Alors ça suffit les revendications d'enfants-rois...

    • La Prentie le 01.06.2017 09:44 Report dénoncer ce commentaire

      A bon entendeur..

      Je suis plutôt d'accord avec vous. En apprentissage, et assez difficile, on ne peut pas se permettre de se reposer. On est payés (une misère mais c'est toujours ca), pour travailler ET aller à l'école. Je préfère que le système reste tel quel plutôt qu'il se transforme comme aux USA où il faut souscrire un prêt étudiant à des taux tellement scandaleux qu'on travaille les 10 premières années de sa vie à le rembourser.

  • Libertaire le 31.05.2017 18:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sérieux?

    Faut pas exagérer non plus. Ai fait mon master pratiquement sans mettre les pieds en cours. 3-4 semaines avant les exas, 9h-23h dans les bouquins, pas de sortie trop alcoolisée et hop, finger in ze nose! Me suis nettement moins marré quand j'ai entamé la vie professionnelle.

  • Chris le 31.05.2017 13:51 Report dénoncer ce commentaire

    Droit

    C'est une question d'organisation et finalement, de réputation...regardez en droit, l'UNIFR organise des examens annuels blocs avec examens la semaine suivant la fin des cours alors que les lausannois peuvent fragmenter et ont plusieurs semaines de révision. Devinez dans quelle université sont formés la plupart des avocats lausannois ?

    • Stophe le 01.06.2017 09:46 Report dénoncer ce commentaire

      Allez, bonne humeur!

      A Genève? Non! Je rigole :D

  • .... le 31.05.2017 13:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    ou alors tu repetes tes exas un peu avant les 3 dernieres semaines... j ai fais l uni sans pause avant les exa cest une question d organisation c est tout.