Municipales genevoises

17 mars 2011 11:02; Act: 17.03.2011 11:10 Print

Les libéraux invitent l'UDC à leur table

Réunis mercredi soir en assemblée, les libéraux ont décidé de lancer les négociations pour présenter une liste réunissant l'Entente et l'UDC pour l'élection de l'exécutif de la Ville de Genève.

Une faute?

«Dans le cadre d'une élection majoritaire, on doit absolument constituer des blocs», relève jeudi Geoffroy de Clavière, secrétaire général des libéraux. D'un point de vue arithmétique, les scores sont sans appel: l'Entente a obtenu 27% des suffrages pour le Conseil municipal, respectivement 17,7% pour le PLR et 9,3% pour le PDC, alors que la gauche a engrangé 46% des voix.

Si l'UDC se joint à l'Entente, ce bloc de droite pourrait miser sur les 10% de voix des démocrates du centre. Mais le PDC qui s'était réuni mardi soir en assemblée a refusé de faire alliance avec l'UDC. Pour le parti centriste, il n'est pas acceptable de se compromettre avec l'UDC. La voie semble donc bouchée de ce côté.

Les radicaux ont une position moins tranchée. Ils sont d'accord de partir avec l'UDC, pour autant que cette dernière ne présente pas de candidat. Sachant que l'UDC a déjà annoncé vouloir lancer un de ses représentants, la position des radicaux revient à fermer la porte à l'UDC, relève M. de Clavière.

L'Entente secouée

Le président des libéraux Cyril Aellen a donc du pain sur la planche pour tenter de convaincre ses cousins de l'Entente bourgeoise. Et s'il échoue, la question d'une implosion de l'Entente se pose. Interrogé sur la possibilité pour les libéraux de partir sans le PDC, le secrétaire général répond: «Tout est envisageable».

La semaine des longs couteaux se poursuit donc à Genève. Une réunion de l'UDC est prévue vendredi soir. Les libéraux ont agendé une assemblée générale dimanche soir. Le délai pour le dépôt des listes pour l'élection du 7 avril est fixé à lundi midi.

Clareté à gauche

Si la configuration des listes reste encore floue, les noms des candidats sont quasiment tous connus. Le radical Pierre Maudet, la libérale Florence Kraft-Bable et le PDC Michel Chevrolet représentent l'Entente. A l'UDC, les noms du député Eric Bertinat et du conseiller national Yves Nidegger circulent.

Le MCG vise aussi un grand bloc à droite pour contrer la gauche. Il lance Carlos Medeiros et Soli Pardo, qui est d'ailleurs l'ancien président de l'UDC. Si l'Entente a fait savoir qu'elle ne pactiserait pas avec le MCG, la question reste ouverte pour l'UDC.

Alors que les stratégies peinent à se dessiner à droite, la gauche a rapidement arrêté son plan de bataille pour le 7 avril en lançant quatre candidats. Les sortants Sandrine Salerno (socialiste) et Rémy Pagani (Ensemble à gauche) seront accompagnés de Sami Kanaan (socialiste) et d'Esther Alder (Verts). Les Verts ont renoncé à présenter deux candidats au profit des socialistes qui ont réalisé un meilleur score dimanche dernier.

(ats)