Genève

13 décembre 2019 19:43; Act: 13.12.2019 19:43 Print

Les munitions au fond du lac n'inquiètent pas l'Etat

par Jérôme Faas - Le Conseil d'Etat ignorait que des caisses d'armement étaient accessibles au fond du Léman, mais ne craint pas une éventuelle pollution.

Sur ce sujet
Une faute?

«La découverte des quatre caisses directement visibles, par l'association Odysseus, constitue un élément nouveau à prendre en compte.» Répondant à une question écrite de la députée PS Salima Moyard, le Conseil d'Etat a admis qu'il ignorait qu'une partie des munitions immergées dans le lac Léman par l'entreprise Hispano-Suiza dans les années 50, 60 et 70 étaient accessibles et «à l'eau libre». Jusqu'alors, il tenait pour acquis que la totalité de cet armement (entre 150 et 1000 tonnes de matériel militaire avait alors été passé par-dessus bord) était enfoui dans une gangue de vase, «à plusieurs dizaines de centimètres au-dessous de sédiments». C'est ce qu'il avait répondu à cette même députée en 2017, jugeant alors inopportun et dangereux pour l'écosystème d'aller les déterrer.

Ce fait nouveau, en novembre, avait réveillé l'inquiétude de Salima Moyard. Accompagnée de scientifiques, celle-ci s'alarmait d'un potentiel risque de pollution de l'eau, et donc de l'eau potable, dès lors que la composition exacte de ces munitions était inconnue - et que les quatre caisses avaient été retrouvées à 50 mètres de profondeur, posées au sol, à moins de 150 mètres d'un captage d'eau potable et d'un gazoduc.

Impact «loin d'être avéré»

Dans sa réponse datée du 11 décembre, le gouvernement se veut rassurant. «L'impact réel sur l'environnement et l'homme est loin d'être avéré.» Il argumente en expliquant que jusqu'alors, aucune analyse, ni de l'eau, ni des sédiments, n'a montré d'impact à ce jour; que les prises d'eau potable sont analysées très régulièrement et qu'aucune anomalie n'a été détectée; et que «la corrosion des éléments constitutifs de ces matériaux est lente et la dilution dans le contexte d'un lac importante»; il souligne enfin qu'un repêchage ferait courir un risque «non négligeable» aux plongeurs.

Pas de liste exacte des munitions

Le Conseil d'Etat ne peut néanmoins pas répondre à toutes les questions de l'élue, notamment quant à la nature exacte de ce matériel militaire. «L'Etat ne dispose ni d'une liste des munitions immergées, ni de la nature exacte de ces dernières.» Mais il n'emboîte pas le pas à la députée qui réclame que soit réalisée une cartographie exacte des emplacements où reposent les munitions, «préalable incontournable à un assainissement rendu indispensable pour des motifs de sécurité publique», selon elle. L'Exécutif juge en effet qu'«il est estimé qu'une forte probabilité d'atteinte à l'environnement et à l'homme n'existe pas (...)». Quant aux «risques sécuritaires, il convient, préalablement à toute cartographie, de les évaluer avec précision en concertation avec le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports».

«Je ne vais pas en rester là»

Salima Moyard, elle, ne se satisfait pas de la réponse du Conseil d'Etat. «En si peu de temps, je n'en attendais certes pas des merveilles. En revanche, j'attendais une intention de prendre le dossier en main autrement. Ce n'est pas le cas. Ce serait dangereux pour les plongeurs d'intervenir? Mais c'est d'autant plus dangereux pour la population! Je ne lis rien qui dénote d'une prise de conscience, aucun engagement à assainir le lac. Je regrette que le Conseil d'Etat ne se soit pas saisi de cette occasion de rectifier le tir. Je ne vais donc pas en rester là.»

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Gniolu le 13.12.2019 20:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable,

    on n'est même pas fichu de remonter 4 caisses de munitions. Et on va passer des mois a en discuter. Dire que l'on se moque des voisins.

  • Frédo le 13.12.2019 19:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inadmissible

    Non bien évidemment... C'est même super bon pour l'environnement et la santé... SCANDALEUX !!!

  • timouton le 13.12.2019 19:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hein ?

    Cette prise de position de l'état paraît être un gag, mais non. C'est à vomir d'entendre ça. Et l'armée reste muette, irresponsables.

Les derniers commentaires

  • Y en a marre le 14.12.2019 21:23 Report dénoncer ce commentaire

    Et benh

    Ne vous mettez pas l estomac en vrac. Ils ne savaient pas, ce n est pas dangereux etc etc. Vous savez bien qui va devoir payer....Ne vous mettez pas en vrac car c est toujours ainsi.

  • Gégé le 14.12.2019 19:47 Report dénoncer ce commentaire

    Sous-marins

    Peut-être ils vont nous demander de voter pour un budget de 4 ou 5 milliards pour l'achat de sous-marins

  • swiss le 14.12.2019 19:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    les genevois incapables

    c est plus facile de payer un Maudet à rien faire et voler les contribuables que d assumer sa responsabilité! les politiques genevois sont bien des g..... élastiques

  • titi le 14.12.2019 19:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pafff

    On les taxes

  • toto le 14.12.2019 18:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est la méthode de l'autruche !

    Sans être un écolo de première, je pense qu'il faudrait quand même s'inquiéter un peu pour sortir tout ce bazar de nos fonds de lac. Et par la même occasion penser à faire prendre conscience à tout les pays qui on largué des fûts de produits chimiques au fonds des océans qu'il est temps de réfléchir à les ressortir avant qu'il y aie vraiment une catastrophe !