Genève

17 avril 2016 21:24; Act: 18.04.2016 07:41 Print

Les top models du futur se dénichent sur internet

par David Ramseyer - Une célèbre agence de mannequins a organisé un casting à Genève. Plutôt paradoxal: le recrutement se fait de plus en plus via les réseaux sociaux...

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La belle Genevoise de 17 ans n'est pas trop déçue. Finalement recalée, Pauline Ventura était là par plaisir, sans forcément espérer connaître la gloire sur les podiums de Paris ou Milan. Samedi à Genève, elle a participé au casting de la célèbre agence Elite, l’un des premiers de la marque en Suisse romande. «Je préfère me montrer en chair et en os plutôt que sur photo», glisse l'adolescente. Pourtant, les filles et les garçons qui rêvent d'une carrière de mannequins feraient bien de soigner leurs clichés.

Blogueurs sollicités

«Pour trouver de nouveaux top models, nous utilisons de plus en plus les réseaux sociaux», révèle Gabriela Buchs, directrice du casting. En Suisse, l'agence produit avec ses partenaires dans la mode des vidéos ou des articles formatés pour Facebook et surtout Instagram. «Cela crée des réactions, de jeunes gens nous envoient en retour leur candidature, explique la jeune femme. Des blogueurs spécialisés réagissent aussi à ces productions et nous signalent des profils intéressants.» En Suisse, Elite emploie aussi deux personnes pour fouiller le web à la recherche de la future Claudia Schiffer. Le groupe songe d'ailleurs à encore d'avantage cibler les réseaux sociaux à l'avenir.

Les castings gardent la cote

Cela dit, le casting traditionnel reste important pour dénicher les filles et les garçons qui feront plus tard la une des magazines. Ursula Knecht, présidente du jury, confirme: «En les voyant défiler, je repère immédiatement celles et ceux qui captent la lumière, qui bougent bien. Je peux ensuite discuter et être en phase avec eux.»

L'une des candidates que les jurés n'ont rencontrée que brièvement, c'est cette jeune fille en pleurs, aperçue samedi derrière le showroom. Elle n'a pas eu la chance d'être choisie. Mais à défaut d'avoir su convaincre le jury de visu... qui sait, le virtuel des réseaux sociaux la laissera peut-être entrer dans le monde réel du mannequinat?