Genève

11 juillet 2019 18:14; Act: 12.07.2019 06:38 Print

Les Urgences des HUG se disent à bout

Jeudi, une pétition a été remise à la direction des Hôpitaux universitaires genevois.

storybild

Les HUG ont mis en place une réforme de l'organisation pour réduire les temps d'attente. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Service des urgences des HUG se dit à bout, suite à la mise en place d'un projet de réorganisation et de rénovation début juin, dénonce le SIT. Une pétition demandant une rencontre rapide avec la direction a été déposée jeudi. Acceptée, elle aura lieu mardi.

Suite à l'introduction le 4 juin du projet de réorganisation et de rénovation des Urgences des HUG (PRRU), le constat du personnel des Urgences est sans appel: la détérioration extrême des conditions de travail rend impossible le maintien de la qualité des soins dans un contexte de sous-effectif devenu chronique, écrit le syndicat SIT jeudi dans un communiqué.

Mobilisation

Après quelques semaines de chantier, la situation n'est plus tenable et un risque réel pèse sur la sécurité des patients, poursuit le syndicat. Le personnel a décidé de se mobiliser. Signée par la quasi-totalité des soignants selon le SIT, soit environ 150 personnes, la pétition dénonce les problématiques présentes au sein du service depuis bientôt deux ans.

Alors que l'objectif du PRRU était de réduire les délais entre le tri et l'évaluation primaire du patient et d'améliorer la situation, sa mise en oeuvre n'a fait qu'empirer le constat, relève Kevin Sanchez, secrétaire syndical aux HUG.

«La réorganisation ne fonctionne pas.» Entre autres dysfonctionnements organisationnels du service, il souligne le manque de moyens, la pression sur les coûts, les patients à la chaîne.

Chantier de rénovation

Les HUG ont donné une réponse positive à cette demande des rendez-vous, a répondu de son côté le directeur général Bertrand Levrat à Keystone-ATS. Et d'expliquer le contexte général: un chantier à 28 millions a été lancé pour rénover les Urgences d'ici 2023. Toute une série de déménagements auront lieu ces prochaines années.

Les HUG ont également mis en place une réforme de l'organisation pour réduire les temps d'attente. Le déménagement avec ses difficultés de mise en place, la nouvelle organisation, la période de canicule, de vacances ont créé des tensions. Le contexte nécessite un dialogue, relève Bertrand Levrat.

Pas en danger

Mais si le climat de travail est important pour une bonne prise en charge des patients, le directeur conteste absolument que les patients soient mis en danger. Les différents points évoqués par le personnel soignant seront discutés pour trouver des solutions, a-t-il assuré.

«Le personnel des urgences fait un boulot remarquable. S'il est besoin de réformes, nous sommes ouverts. Des actions correctrices ont déjà été entreprises», souligne-t-il.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • luk le 11.07.2019 19:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Système à bout

    Tout le système est devenu bancal, pour le patient plus possible de se soigner, ( catastrophe de la Lamal ) pour le personnel de tous les cantons et tous les services c'est insupportable. Réduction des moyens, du personnel .... Tout ça pour des économies. Car on a laissé le contrôle de la santé aux multinationales, car notre gouvernement n'a jamais pris au sérieux le problème et brille par une absence déconcertante. Le pays le plus riche est un enfer médical, c'est pathétique.

  • Duvent le 11.07.2019 19:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Courage au personnel soignant !

    Genève devient une république bananière, si c'est pas déjà le cas. Faire crever les gens au travail dans un pays riche, c'est pathétique !

  • Frédéric le 11.07.2019 19:27 Report dénoncer ce commentaire

    Bien voyons

    Ça se dit en sous effectif chronique ?! Et ça a le culot de répondre négativement à des offres de services alors qu'on a les compétences....Parce que je suis genevois ? Et je ne suis pas le seul dans ce cas. Une politique de recrutement de petits copains.....Bien fait et bon retour de manivelle. Courage quand même aux employés.

Les derniers commentaires

  • Régis Le Hunsec le 15.07.2019 12:41 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo et merci

    Bonjour, je suis à cet instant précis hospitalisé au HUG. Je n'ai pas pris conscience de la détresse du personnel, je n'ai rencontré que des agents formidables qui malgré la souffrance des patients et l'humeur qui en découle sont adorables ! Merci de tout coeur au personnel hospitalier. Cordialement. Monsieur Le Hunsec

  • adele le 15.07.2019 00:32 Report dénoncer ce commentaire

    Problème

    Bcp de gens parle de ce qu`il ne connaissent pas, je travail depuis 30 aux HUG . Si demain j`ai un problème grave c`est aux HUG que je m `adresse. Les gens mélange tout, capacité professionnel, manque d`effectifs.....et bcp de méchanceté et ignorance. Qd on parle, on doit connaitre le sujet, pour pas dire n`importe quoi. J`ai un passeport CH , et j`habite GE. Heureusement qui à des français et bien d`outres nationalités qui travaillent aux HUG et a GE sinon.....ET les vrai CH il y a pas bcp.

    • les gens parle le 15.07.2019 03:58 Report dénoncer ce commentaire

      et les gens mélange

      Les hippopotames "grogne" pour exprimer leur capacité professionnelle, mais ils n'ont pas de passeport CH.

    • Fantasio le 15.07.2019 12:30 Report dénoncer ce commentaire

      Râleurs

      @Adèle, Laissez les parler. Certains genevois passent leur temps à râler contre les frontaliers, ça devient une obsession, mais sont trop feignants pour travailler aux HUG ou aux TPG.

  • Ghislaine le 13.07.2019 17:23 Report dénoncer ce commentaire

    Reproches injustifiés

    Je ne comprends pas les personnes qui critiquent. Je suis frontalière et j'ai fait trois mois de stage dans un hôpital de Nîmes. J'ai été engagée à Genève et, comme aide infirmière, je gagne quatre fois plus que dans mon ancien travail de caissière dans une grande surface de Marguerittes. Je travaille comme une folle et mérite mon salaire, même si je suis venue pour gagner plus. On soigne tout le monde et même les suisses qui nous font des reproches.

    • aide infirmière le 13.07.2019 17:58 Report dénoncer ce commentaire

      @Ghislaine

      Comme aide infirmière 100% francophone "sans aucune faute d'orthographe", vous avez le droit à la formation continue de courte durée et au certificat d'une valeur interne. Avec ce petit certif, vos revenus vont sauter sur la grille des salaires d'un petit échelon et votre indexation à l'ancienneté aussi. Votre boulot est très pénible. Courage!

  • Frouze le 13.07.2019 11:16 Report dénoncer ce commentaire

    chef de projet

    Cherche taf au black défiscalisé pour vous remonter la morale.

    • oin oin le 13.07.2019 19:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frouze

      Embauche tout pour moins cher. Defiscalisé.

    • chef de projet le 13.07.2019 19:55 Report dénoncer ce commentaire

      @oin oin

      Sans six millions pour l'étude de mon projet je ne veux pas travailler.

  • Henry des le 12.07.2019 23:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hug nous merci

    j ai attendu 5h au urgence et je vois le médecin frontalier tranquil qui discute au calme et il prend tout son temps...manque plus qu'un verre de whisky et un bon cigare et c'est le top.

    • médecin frontalier "tranquil" le 13.07.2019 10:58 Report dénoncer ce commentaire

      @Henry des

      Comme frontalier "tranquil", je vous cède ma place au conseil d'administration. Votre épouse sera casée à la direction générale, et vos cousines et cousins comme chefs des cliniques. Auriez-vous d'autres suggestions médico-psychologiques à exprimer?

    • Jo le 14.07.2019 14:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Henry des

      C'est vrai que le médecin à un signe distinctif pour signaler qu'il est frontalier n'est ce pas ? Quoique qu'il en soit nous travaillions tous et toutes pour le bien des patients et faisons ce que nous pouvons et souvent plus par rapport aux moyens qui nous sont donnés ! Abe