Genève

08 octobre 2019 18:39; Act: 08.10.2019 18:40 Print

Livrer les supermarchés grâce à l'hydrogène

par David Ramseyer - Quatre entreprises publiques et privées vont créer un camion à hydrogène vert. Migros veut utiliser ce type d'engin pour ravitailler ses magasins.

storybild

Le camion et ses bonbonnes dhydrogène devraient dès lété 2020. (Photo: dr)

Une faute?

Un mastodonte «écologique» de 40 tonnes devrait rouler l'été prochain sur les routes genevoises. Un camion équipé d'une propulsion à hydrogène, 100% propre et renouvelable, est en train de naître grâce à la collaboration de trois entreprises privées - dont la Migros, qui entend l'employer pour ses livraisons - et des Services industriels de Genève (SIG). Présenté ce mardi, le projet GOH! (ndlr: Generation Of Hydrogen) devrait aboutir à un prototype, dont la mise en circulation est prévue dans le canton d'ici juillet 2020.

Plus autonome que les engins électriques

Si l'hydrogène est un carburant employé depuis longtemps dans le domaine spatial, particulièrement, il a désormais un nouveau rôle à jouer en matière de mobilité verte. Moins cher à produire qu'avant, plus efficient grâce aux avancées technologiques et non-polluant lorsqu'il est fabriqué à partir d'une source propre, comme l'énergie solaire, ce gaz offre aussi une meilleure autonomie aux véhicules qu'il propulse.

«Le 40 tonnes actuellement en construction pourra rouler environ 500 kilomètres, soit trois fois plus que s'il était équipé de batteries électriques», assure François Granet, porte-parole de GreenGT, entreprise partenaire du projet. Le système, puissant et dont le plein est effectué en moins de 15 minutes, convient bien à des poids lourds appelés à effectuer de longs trajets, au contraire de batteries électriques de voitures, bien plus petites, mais qui n'autorisent pas pareille autonomie.

Un réseau à développer

Le camion servira à effectuer des livraisons dans les supermarchés genevois de Migros. Si tout fonctionne bien, le géant orange prévoit d'équiper ensuite plus largement sa flotte avec des engins à hydrogène, et de les employer ailleurs que dans le canton. «Mais cela ne veut pas dire que nous renoncerons au train, précise Thierry Kensicher, directeur de la logistique. Les distances d’acheminement, ainsi que l'emplacement géographique des centrales ou des magasins joueront un rôle dans le choix du transport de nos marchandises.»

Reste aussi à développer un réseau de distribution d'hydrogène, ainsi que le promeut Mobilité H2 Suisse. L'association, qui regroupe dix-sept entreprises dont plusieurs acteurs de la grande distribution et des carburants, prévoit d'équiper une centaine de stations-service en Suisse d'ici 2023.