Marche pour le climat à Genève

06 avril 2019 18:42; Act: 06.04.2019 18:55 Print

«Il existe un risque d'une certaine lassitude»

La quatrième manifestation pour le climat a faibli, samedi, au bout du lac.

Voir le diaporama en grand »
Une femme donne de la voix pour le climat à Zurich (Samedi 6 avril 2019) Les rues zurichoises ont été envahies par de milliers de manifestants (Samedi 6 avril 2019) A Zurich, ils étaient 15'000 à manifester pour le climat. (Samedi 6 avril 2019) Avec le sourire, une femme a prêté son visage pour lancer un SOS en faveur du climat à Lausanne. (Samedi 6 avril 2019) Petits et grands réclament un meilleur avenir. Un voeu qui ne se réalisera pas sans la préservation du climat.(Samedi 6 avril 2019) Les pancartes des Lausannois en disent long sur leur inspiration et détermination pour la cause climatique.(Samedi 6 avril 2019) People demonstrate during a 'climate march' protesting against a lack of climate awareness in Lausanne, Switzerland, Saturday, April 6, 2019. People took part in this fourth protest in Lausanne since the beginning of the year, all of which are part of a growing worldwide movement of climate awareness protests and student climate school strikes. (KEYSTONE/Valentin Flauraud) Plus de 10 mille Vaudois ont démontré leur attachement au climat en sortant massivement dans les rues de Lausanne. (Samedi 2 février 2019) Les Vaudois ont scandé des slogans comme: «Reconquérons notre futur» ou «Les petits pas ça suffit pas» (Samedi 2 février 2019) Des personnalités comme le Prix Nobel de chimie vaudois, Jacques Dubochet, ont fait le déplacement.(Samedi 2 février 2019) Le 18 janvier 2018, les étudiants se sont mobilisés pour une grève du climat. A la mi-journée, une vague déferlait sur Lausanne. Selon la police lausannoise, les jeunes en formation étaient plus de 8000 dans la rue. Océane (17 ans) et Lynn (16 ans), du gymnase du Bugnon, ont repris un slogan déjà connu: 'On avait plein d'idées mais c'est vraiment celui-là qui nous correspond.' Les jeunes grévistes du climat ont comblé une bonne partie de la rue du Petit-Chêne en attendant le départ du cortège. Christopher (16 ans), Héléna (16 ans) et Aurélien (17 ans) ont accouru des gymnases de Chamblandes et de Marcelin. 'On trie nos déchets et il y a de plus en plus d'écoles qui parlent d'arrêter les voyages de fin d'études en avion. On est heureux de voir autant de monde aujourd'hui, c'est une bonne façon de montrer notre engagement.' Tous les jeunes en formations n'ont pas pu rejoindre le mouvement. Si l'Ecole des métiers de Lausanne a été désertée, l'Ecole professionnelle commerciale a été très claire: 'On aurait tous du participer mais on nous a dit que notre absence serait notée et communiquée à nos employeurs', regrettent Maïca (21 ans), Esther (18 ans) et Yasmine (19 ans).

Sur ce sujet
Une faute?

La mobilisation en faveur du climat a essuyé une forte baisse samedi à Genève. Alors que les précédentes manifestations avaient attiré entre 4000 et 5000 personnes, ils ont été entre 1200 et 1500 à défiler samedi, selon un décompte de la police.

Cette quatrième marche nationale pour le climat, la deuxième à se dérouler un samedi, n'a pas rencontré le succès espéré dans la cité de Calvin. «Il existe un risque d'une certaine lassitude», a reconnu Laurane Conod, l'une des membres du comité d'organisation genevois, interrogée par Keystone-ATS.

Pas question toutefois de baisser les bras, a-t-elle assuré. «Nous ne voulons pas arrêter notre mouvement tant que nos revendications n'ont pas été entendues, tant que nous n'avons pas obtenu des résultats concrets», a affirmé l'étudiante genevoise.

Ce risque d'essoufflement oblige les membres du mouvement à innover et à trouver de nouveaux projets, a expliqué Laurane Conod. «A Genève par exemple, nous voulons demander davantage de pistes cyclables», a-t-elle relevé.

Sit-in devant UBS et Credit Suisse

Pour arriver à leurs fins, les jeunes militants ne souhaitent pas passer par la voie politique habituelle. «Celle-ci s'est montrée inefficace jusqu'à maintenant, même si elle risque d'être inévitable pour certains projets», a estimé Laurane Conod.

Samedi sous le soleil de Genève, le cortège est parti peu avant 15h00 de la Place des Vingt-Deux Cantons, à proximité de la gare de Cornavin. Les manifestants ont traversé le pont du Mont-Blanc avant de se diriger vers les Rues Basses, où ils se sont assis quelques minutes devant les agences d'UBS et de Credit Suisse.

«Les banques et le pétrole, y en a ras le bol!» ou «Les multinationales au tribunal», ont-ils notamment scandé devant les deux banques, protégées par un cordon de policiers. La foule, composée majoritairement de jeunes, s'est ensuite déplacée jusqu'au Parc des Bastions, où elle s'est dispersée dans le calme.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Rigole le 06.04.2019 20:16 Report dénoncer ce commentaire

    Déjà lassé ?

    Mouais, au lieu de se balader en ville avec des pancartes, ces manifestants feraient mieux de faire quelque chose de concret comme par exemple se munir de gants et de sacs poubelles et nettoyer les rives du lac, les abords des routes, les forêts, etc...

  • Juste Moi le 07.04.2019 03:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Nettoyer!

    On nous dit que les jeunes sont en colère et qu'ils manifestent. J'ai 21 ans et je ne manifeste pas. On nous dit que les verts sont l'avenir. Je suis PLR et je m'inquiète aussi. Ils sont contre la pollution et le réchauffement climatique mais ils ne font que marcher... J'ai un début de solution, moi. Au lieu de manifester, la prochaine fois, repartisez vous et ramassez les déchets par terre en ville et dans la campagne. L'écologie commence par le recyclage et le respect...

  • duron jean le 06.04.2019 19:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A mourir de rire

    il vont s s'asseoir devant les banques pour protester et la semaine prochaine il vont demander un crédit

Les derniers commentaires

  • surprise le 09.04.2019 00:53 Report dénoncer ce commentaire

    policiers corrompus ?

    Seulement une vingtaine de policiers suspectés de corruption? Parce qu'il y a 45 ans nos policiers étaient moins corrompus? Allez, mon pote, va garer ta voiture sous ta fenêtre, on va dormir pendant le service toute la nuit chez toi, et dès demain matin, on va taxer tous les commerçants en uniforme à 40%? Non, je connais un autre "taf au black", tu vas dormir à côté de ma femme, et moi je vais rouler la Marocaine...

  • Yvan Descloux-Rouiller le 08.04.2019 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    Courage !

    Courage les jeunes, encore 2-3 mois et c'est les vacances ! N'oubliez pas de réserver vos vols Easy-Jet pour juillet et août ! Le climat ? Tout le monde sait que vous n'en avez rien à cirer ! Cela m'étonnerais que vous preniez vos vélos pour visiter la Suisse car il y a des cols et ça monte. Il y en a même qui prennent le tram avec leurs vélos pour monter de la Jonction au Pt.-Lancy ! Flemmards !!

    • Tatiana Genou le 09.04.2019 22:05 Report dénoncer ce commentaire

      Chercher la faille chez l'autre pour se dédouaner.

      Et oui Monsieur, je vais en Bretagne en train cet été (pas pris l'avion depuis plusieurs années), me déplace a vélo, trie mes déchets, achète en vrac, peu d'habits et de seconde main, des fruits et légumes locaux et de saison, j'utilise des couches lavables pour mon fils, répare mes objets abimés plutôt que de jeter, chauffe chez moi au minimum, je mange très peu de produits d'origine animale... Vous pourrez toujours trouver une faille mais là n'est pas le propos. Certains se donnent la peine de faire des efforts. On ne peut pas être irréprochable mais on peut faire de son mieux.

  • bouh le 08.04.2019 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    petit à petit

    Je roule en vélo, je ne mange pas de viande, je trie, ni forcément écolo, ni bobo, juste pauvre dans un pays riche, je me relie à la cause, pas par dépit, mais parce que je me suis aperçue que je n'étais pas malheureuse à vivre ainsi, bien au contraire. Et si au moins on pouvait accorder à la terre un peu de répit..

  • Amonbofils le 08.04.2019 08:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Make climat great again

    Pas de pierre : pas de construction. Pas de construction : pas de palais. Pas de palais... pas de palais.

  • Le Bileux le 08.04.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    Cache cache tampon: rois de l'info

    C'est chouette de poster des commentaires sur un site censuré et invariablement influencé vers ou est la populace servile et moutonesque ! Non, il n'y a pas essoufflement ni lassitude, c'est de la manipulation que de le prétendre, point final