Genève

09 novembre 2012 19:40; Act: 10.11.2012 12:36 Print

Massacre du 9 novembre 1932 commémoré

Des centaines de personnes se sont réunies à Genève pour se souvenir du massacre du 9 novembre 1932, qui avait fait treize victimes, tuées par des militaires.

storybild

Le 9 novembre 1932, treize personnes avaient perdu la vie à Genève. (Photo: Keystone)

Une faute?

Plusieurs organisations de gauche se sont mobilisées vendredi soir à Genève pour commémorer, 80 ans après, le massacre du 9 novembre 1932. Environ 800 manifestants ont dénoncé à cette occasion les projets du Département fédéral de la défense de préparer quatre nouveaux bataillons de police militaire pour des missions d'ordre intérieur.

La commémoration annuelle sur la plaine de Plainpalais a été précédée d'un défilé de protestation au centre de la ville «pour souligner le rejet de l'utilisation de l'armée afin d'assurer l'ordre intérieur».

Tobia Schnebli du Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) s'est inquiété du fait que l'armée travaille sur des scénarios de troubles intérieurs liés à la détérioration de la situation économique en Europe.

«Plus jamais ça!»

Le Groupe pour une Suisse sans Armée, la Communauté genevoise d'action syndicale, le Parti du travail, le Parti socialiste genevois, Solidarités, les Verts et le cartel intersyndical du personnel de l'Etat, notamment, avaient appelé à se mobiliser derrière le slogan «Plus jamais ça!».

Un fort déploiement policier a encadré le cortège, animé par des fumigènes et pétards. Les manifestants, dont beaucoup de jeunes, n'ont pas commis de déprédation.

A l'arrivée devant la pierre commémorative, des poteaux avec le nom des 13 victimes de 1932 ont été illuminés avec des lampes à pétrole.

Le 9 novembre 1932, 610 soldats avaient été envoyés à Genève par le Département militaire fédéral à la demande du Conseil d'Etat genevois pour s'interposer entre une manifestation du parti fasciste, l'Union nationale, et une contre-manifestation socialiste. La troupe avait ouvert le feu, provoquant la mort de 13 personnes et en blessant une centaine.

(ats)