Genève

23 juillet 2014 09:13; Act: 23.07.2014 09:13 Print

Mendiants victimes de traite d'êtres humains

Deux quadragénaires roumains risquent plusieurs années de prison. Avec un complice, ils sont soupçonnés d’avoir fait venir des compatriotes à Genève pour ensuite leur réclamer des sommes exorbitantes.

Une faute?

Il fallait leur payer entre 120 et 200 euros pour faire le voyage entre la Roumanie et Genève. Puis, une fois au bout du lac, les passeurs, un couple d’une quarantaine d’années, réclamaient un remboursement rapide. Chaque semaine, des intérêts de 100% s’ajoutaient à la somme initialement due. Dénoncés par huit compatriotes, les deux suspects roumains sont accusés de traite d’êtres humains, rappelle ce mercredi la «Tribune de Genève». Un troisième homme doit lui répondre de complicité.

Les faits remontent à 2012. Au pays, les prévenus vantent la qualité de vie genevoise, où il est facile de se faire de l’argent en volant, mendiant ou en se prostituant. Des compatriotes se lancent donc dans l’aventure et leur signent une reconnaissance de dettes pour l’organisation du voyage. Mais arrivés à Genève, l’Eldorado promis n’existe pas. Pire, ils auraient été contraints, sous menace de voir leur famille restée au pays souffrir, de payer leurs passeurs régulièrement. Acculées, les victimes ont fini par porter plainte.

Le couple, en détention provisoire depuis son arrestation, conteste les faits. S’il reconnaît avoir organisé un transport à crédit entre la Roumanie et la Suisse, il nie avoir réclamé des intérêts, explique leur avocat au quotidien local. Ses clients seraient victimes des manigances d’un concurrent également actif dans le transport de compatriotes.

S’ils sont reconnus coupables, le mari et son épouse risquent de passer plusieurs années derrière les barreaux.

(20 minutes)