Genève

05 avril 2018 15:47; Act: 05.04.2018 17:45 Print

Nouveau revers et retard pour le «Vélib» genevois

Le Tribunal fédéral donne tort aux Transports publics genevois et plusieurs communes quant à leur stratégie.

storybild

Intermobility, qui gère Vélospot, a fait recours. (Photo: Keystone/Gian Ehrenzeller)

Sur ce sujet
Une faute?

Trois ans de travail à la poubelle. C'est ainsi que «Le Temps» résume un arrêt du Tribunal fédéral (TF) du 9 mars. Le texte «remet en question les options prises par les Transports publics genevois (TPG) via sa filiale TPG vélo et les communes de Genève, Carouge, Onex, Lancy, Vernier et Plan-les-Ouates» dans le but de mettre en place un système de vélos en libre service. Les promoteurs avaient décidé de se passer d'appel d'offres. La société Intermobility qui gère le réseau de vélos publics Vélospot, avait fait recours, notamment parce que« l'exigence d'un système de fixation avec attaches fixes excluait son propre système de verrouillage», note la «Tribune de Genève». Le TF a estimé qu'un appel d'offres était nécessaire. Par ailleurs, l'arrêt indique que la redevance envisagée par les TPG et les communes n'est pas suffisante.

Si Intermobility n'a pas souhaité réagir. Quant au président de TPG vélo Christophe Clivaz, il déclare: «Je regrette le fait que le Tribunal fédéral estime dans son arrêt que notre solution n’est pas assez chère. Et j’espère que cela ne remet pas en cause le principe des concessions dans le cadre de partenariats public-privé.»

L'affaire retourne donc devant la Chambre administrative genevoise qui va «devoir examiner les arguments développés par Intermobility dans son recours».


(mpo)