Incendie à Genève

20 juillet 2018 10:34; Act: 20.07.2018 13:11 Print

Des objets précieux sauvés des flammes en urgence

La Berce, véritable trousse à outils pour sauvetage d'urgence de biens patrimoniaux, a été dépêchée sur place lors de l'incendie de l'église du Sacré-Coeur.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Des tableaux, des objets de culte ou encore des archives: de nombreuses pièces ont pu être extraites de l'Eglise Sacré-Coeur, dans le quartier de Plainpalais (GE), qui a été la proie d'un important incendie, jeudi après-midi.

Le sinistre, qui s'est déclaré vers 15h45, a rapidement dévasté les combles, faisant s’effondrer plusieurs étages. Un très important dispositif a été déployé par le Service d'incendie et de secours (SIS), la police, la protection civile, ainsi que les différents services sanitaires. Plus de 50 pompiers ont été mobilisés.

L'église du Sacré-Coeur en feu

Sauvetage immédiat

Outre ces équipes, le plan d'urgence de protection des biens culturels (PBC) de la Ville de Genève a été mis en place pour procéder au sauvetage immédiat des objets patrimoniaux touchés par l'incendie.

Ainsi, la Berce, un camion équipé de tout le matériel nécessaire pour débuter en urgence le sauvetage de biens culturels, a été déployée sur demande de la coordinatrice du PBC et responsable de la conservation à la Bibliothèque de Genève, Nelly Cauliez.

L’équipe d’urgence a réussi dans la soirée à extraire des objets dans des états de gravité très divers – allant du très endommagé à l’intact – et à les stabiliser grâce à une chaîne de traitement organisée dans le bâtiment du Grütli, adjacent, prévu dans le plan d’urgence PBC. Les professionnels de la conservation ont œuvré jusqu’à 1h du matin.

Crucifix en or

Les objets extraits sont de plusieurs types, détaille Jorge Perez, responsable de la communication pour la Bibliothèque de Genève. Il s'agit de tableaux iconographiques, d'archives administratives (comptabilité par exemple), d'objets liturgiques comme un crucifix en or ou encore des vêtements de culte, dont certains, anciens, sont historiques.

Par contre, de grands tableaux ont dû être laissés sur place en raison de leur taille. D'autres objets devaient être sortis du bâtiment vendredi, à partir de 14h.

Pertes irrémédiables évitées

Le Plan d'urgence et le déploiement de la berce ont permis d'éviter de perdre irrémédiablement certaines pièces, explique Jorge Perez. Il s'agit d'une première étape essentielle, puisqu'elle a par exemple servi à conserver des tableaux qui auraient été complètement inondés si elle n'avait pas eu lieu.

La valeur des divers objets n'est pour l'instant pas connue. Certains ont une valeur extrêmement forte pour la communauté hispanique, indique Jorge Perez. Une évaluation sera effectuée dans une deuxième temps.

(leo/lfe)