Genève

07 mai 2015 06:00; Act: 07.05.2015 09:22 Print

Offensive pour accélérer le tram du Grand-Saconnex

par Jérôme Faas - L’ouvrage est prévu à l'horizon 2023. Bien trop tard pour les Verts et la commune, qui veulent accélérer les choses.

storybild

Le prolongement de la ligne 15 depuis la place des Nations jusqu'au Grand-Saconnex coûterait 78 millions de francs. (Photo: Keystone/Martial Trezzini)

Une faute?

Etendre la ligne 15 des Nations jusqu’au Grand-Saconnex est urgent pour les écologistes. La loi actuelle l’interdit pourtant: elle stipule que le chantier ne pourra débuter qu’une fois achevée la route des Nations, soit pas avant l’horizon 2020-2021. Avec un tel agenda, la mise en service du nouveau tram n'interviendrait pas avant 2023. «Il s’agit de mettre fin à cette mascarade, qui empêche la desserte d’un quartier de plus en plus dense», tonne Lisa Mazzone, la présidente Verte. Son parti dépose donc un projet de loi dissociant le tram du futur axe routier censé desservir les organisations internationales.

«Le résultat est nul: on n'a ni la route, ni le tram»

«A l'époque, la majorité de droite du Grand Conseil, sur les pattes arrières par rapport aux transports publics, avait lié la nouvelle route au tram. Le résultat est nul: aujourd'hui, on n'a ni l'une, ni l'autre, déplore Lisa Mazzone. Et comme cette route des Nations, à laquelle les Verts s'opposent par ailleurs, suscite une levée de boucliers, rien n'indique que le retard ne va pas s'accroître.» Candidat écologiste au Conseil administratif, Laurent Jimaja déplore pour sa part les nuisances endurées par une commune dont la population a presque doublé en 20 ans et qui s'apprête a accueillir de nombreux nouveaux emplois et habitants. «L'Exécutif lui-même s'impatiente», observe-t-il.

Le maire: «Aux Acacias, on y est bien arrivé »

En effet, Jean-Marc Comte, le maire PDC de la commune asphyxiée par le trafic pendulaire, plaide aussi pour ce découplement, comme tout le Conseil administratif, pourtant de droite. «On demande la reprise immédiate des études. Quand on a mis un tram à la rue Deux-Ponts ou aux Acacias, aucune nouvelle route n’a été mise à côté, et on y est bien arrivé.»

Contrairement aux Verts, l'élu démocrate-chrétien ne s'oppose cependant pas à la route des Nations. «Dissocier cette dernière du tram est une bonne chose, mais cela ne doit pas servir d'excuse pour ne pas la réaliser.» Lui souhaite une mise en service simultanée. «En termes de chantier, plutôt que de souffrir quatre ans pour la route puis deux ans pour le tram, il me paraît plus intelligent de ne souffrir qu'une seule fois quatre ans.»

Sollicité, le Département cantonal des transports n’a pas pris position.