Genève

10 avril 2014 11:40; Act: 10.04.2014 17:48 Print

Olivier Jornot hérite de drôles de soutiens

par Raphaël Leroy - Bisoune Urs, Chandeau Léon ou Epi Fanny ont figuré dès mercredi soir sur la liste de soutien au procureur général, candidat à sa propre succession. Son parti les a supprimés.

storybild

Des noms loufoques sont apparus dès mercredi soir. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Le candidat du PLR pour le poste de procureur général a hérité de drôles de partisans à quatre jours du scrutin. Dès mercredi soir, Cepa Juste, Bisoune Urs, Currabi Lise, Abuse Yves ou encore Dedoux Anne ont figuré durant quelques heures sur la liste de soutien à Olivier Jornot. Alerté, les libéraux-radicaux ont retiré ces noms jeudi matin.

Au total, c'est une centaine de faux patronymes qui ont été ajoutés, selon le PLR. «Ce n'est pas la première fois, mais on n'avait encore jamais eu une attaque aussi massive, précise la secrétaire générale Sophie Creffield sur tdg.ch. Nous allons bloquer momentanément l'inscription.»

Procédé très simple

Car il n'est pas difficile d'ajouter son nom au comité de soutien. Pour cela, il suffit simplement de donner son identité et son adresse en ligne et d'envoyer son inscription. Le procédé est-il trop simple? «C'est facile en effet, mais nous contrôlons la liste plusieurs fois pas jour, répond Sophie Creffield. Ceci dit, c'est tellement absurde, la ficelle est tellement grosse que cela n'aura pas d'impact majeur.»

Si le PLR ne compte pas porter plainte, il est entrain de chercher le ou les auteurs de cette plaisanterie. «Nous regardons les adresses IP de ces messages, indique la secrétaire générale. Je ne pense pas que des partisans de notre adversaire, Pierre Bayenet, fassent des choses aussi grotesques.»

Bonne idée mais mauvaise réalisation

Pour autant, l'experte en cybersécurité de l'Université de Lausanne, Solange Ghernaouti, ne se dit pas surprise de la mésaventure du PLR. «L'idée était bonne. C'est la réalisation qui l'est moins. Il n'a pas anticipé qu'un usage détourné pourrait être fait de leur plateforme. C'est comme laisser un tableau noir devant sa porte. Vous vous exposez à toute sorte de commentaires. Il est dès lors essentiel de s'assurer qu'un contrôle qualité accompagne la démarche. Ce doit être un défaut de jeunesse s'agissant de ce type de communication.»

L'élection du procureur général aura lieu dimanche. Elle oppose Olivier Jornot, magistrat sortant, au candidat d'Ensemble à gauche Pierre Bayenet.