Genève

28 février 2019 08:51; Act: 28.02.2019 12:47 Print

L’Opération Iceberg va chauffer un club genevois

par David Ramseyer - Pour la première fois, une salle de concert du bout du lac va intégrer une grande structure franco-suisse qui promeut les jeunes musiciens locaux.

storybild

L'artiste vaudoise Verveine a fait partie de la première volée des participants à l'Opération Iceberg, en 2014 (Photo: Marion Boisard)

Une faute?

Le nom est de glace, la promesse est de feu. Portée par un géant des festivals européens, les Eurockéennes de Belfort (F), ainsi que par la Fondation romande pour la chanson et les musiques actuelles (FCMA), la 4e Opération Iceberg est lancée. Elle vise à soutenir gratuitement, pendant environ un an, des talents régionaux émergents du rock, du hip-hop ou encore de l'électro et du jazz.

Les ficelles du métier

L'effort porte tant sur le plan artistique (coaching professionnel pour la voix, l'écriture ou la scénographie) que structurel (recherche de label, communication digitale, établissement de contrats. etc.). «Nous cherchons à aider ces jeunes à se développer musicalement, tout en leur apprenant les ficelles du métier», résume Albane Schlechten, directrice de la FCMA. Côté helvétique, le projet est notamment financé par des villes, le Canton du Valais, le Paléo et des fondations, à hauteur de 109'000 francs au total.

Le coeur de l’opération bat au sein d'un réseau d'une dizaine de salles de concert, de Strasbourg (F) à Sion (VS), de Dijon (F) à Lausanne (VD). Elles sélectionnent les artistes - onze, cette année - qui auront l’opportunité d'aller en résidence et de se produire des deux côtés de la frontière.

Carrière boostée

C'est une première: un club genevois entrera en scène, dès la semaine prochaine. «On parle souvent de notre pôle festif; mais nous sommes aussi très actifs dans la promotion de musiciens locaux», appuie le programmateur de La Gravière, Yan Roschi. Participer à cette aventure franco-suisse était donc logique: «Cela offrira une plus grande visibilité aux artistes de notre canton». La salle du bout du lac y voit aussi l'occasion de multiplier les collaborations et les projets concrets avec les autres clubs. Mais aussi de rayonner au-delà de la région, à l'échelle quasi européenne, via la collaboration avec les Eurockéennes, notamment.

Un effet «tremplin» qui a servi l’artiste Verveine. La Vaudoise a fait partie de la première volée des talents sélectionnés, en 2014. «J'étais sans expérience, avoue la fée électro. En parallèle des rencontres et des échanges artistiques, j'ai découvert la réalité du marché de la musique, en étant entourée. Cela m'a permis de me professionnaliser». La Veveysanne de 29 ans, qui travaille actuellement à un nouvel album prévu début 2020, conclut sans détour: «L'Opération Iceberg a boosté mon début de carrière».

Verveine: «Sidestep»