Genève

16 juin 2019 22:45; Act: 16.06.2019 22:48 Print

Parcs et vignes victimes des vents et de la grêle

par David Ramseyer - L'ampleur des dégâts est «exceptionnelle» dans les espaces verts de la Ville. Le vignoble genevois a été très diversement touché par les intempéries.

Sur ce sujet
Une faute?

Les violentes rafales de vent, la pluie et les grêlons ont eu raison de très nombreux arbres et buissons, dans les parcs de la Ville de Genève. Aucun n'a été épargné par l'orage qui a balayé le bout du lac, dès 16h30, samedi. L'ampleur des dégâts y est «exceptionnelle», juge le Service des espaces verts. Trois d'entre eux - La Grange, Eaux-Vives et le cimetière des Rois - sont fermés au public. Leur réouverture est prévue ces prochains jours. La Ville conseille aux promeneurs, dans les autres parcs, de ne pas s'approcher des grands arbres.

La Champagne durement frappée

En campagne, là aussi on fait un premier bilan de la tempête. Si les vignerons genevois précisent, unanimes, qu'il est encore un peu tôt pour dresser un constat précis des dommages, quelques tendances se dégagent déjà dans les trois principales zones viticoles du canton.

Dans le Mandement (Dardagny ou encore Satigny), les exploitations ont été relativement épargnées par la grêle. Ce n'est pas le cas de la Champagne (Bernex, Cartigny, Soral, etc.). «La situation y est assez grave, estime Hubert Dethurens, vigneron à Laconnex. Je pense que plus de 50% des récoltes seront perdues. Cela dit, il faut attendre encore deux jours pour évaluer plus précisément l'étendue des dégâts.»

Les exploitations de la rive gauche ont elles aussi été marquées, mais les disparités sont importantes de parcelle en parcelle. «Difficile de déjà faire un inventaire complet, confirme Claude-Alain Chollet, vigneron à Anières. Ce qui est sûr, c'est que la grêle a été moins forte que les épisodes précédents, comme celui de 2015.»

Le bilan des intempéries sur les autres cultures, céréalières et fruitières notamment, reste encore à établir. Il faudra quelques jours pour se faire une idée précise de la situation, selon l'Office pour la promotion des produits agricoles de Genève (Opage).