Genève

03 juillet 2014 22:15; Act: 04.07.2014 08:47 Print

Paroissienne obsédée condamnée

par Marine Guillain - Durant deux ans, un prêtre a subi le harcèlement d’une femme qui disait l’aimer. Elle devra se faire soigner.

Une faute?

«Elle m’a laissé des centaines de messages sur mon répondeur. Ils commençaient tous par «mon cœur» ou «mon amour» et elle me demandait de lui faire un enfant.» A bout, un abbé du Grand-Lancy a déposé plainte contre une femme de 38 ans, après avoir subi ses avances soutenues de l’été 2012 jusqu’à ces derniers jours.

Le procès s’est tenu jeudi. Selon l’accusation, la prévenue a inondé le curé de mails, d’appels et de messages, jusqu’à faire saturer sa boîte vocale. Elle lui parlait du célibat des prêtres, de l’amour qu’elle ressentait pour lui, et tenait des propos érotiques. Elle l’a souvent injurié, a volé ses courriers, a pénétré maintes fois sur le domaine paroissial alors qu’elle en avait l’interdiction et y a montré son postérieur.

«Je me suis senti victime de harcèlement à connotation sexuelle, ça a mis en danger ma santé et la vie de la paroisse», a martelé l’abbé face au juge.

«Il ferait mieux de se marier, afin de ne pas reporter ses problèmes sur moi», a ironisé la prévenue, pour qui toutes ses accusations ne sont que mensonges. La trentenaire a déjà passé plusieurs mois en clinique psychiatrique. Elle souffre de troubles qui lui font croire qu’elle est aimée de l’abbé, explique un médecin. Sa responsabilité a d’ailleurs a été qualifiée de «fortement restreinte». Faute de preuves, certaines accusations ont été classées. La prévenue a tout de même été jugée coupable, notamment de harcèlement. Elle devra retourner en clinique.