Genève

17 avril 2019 16:46; Act: 17.04.2019 16:50 Print

Pas d'examens à Genève pour la grève des femmes

par Lucie Fehlbaum - L’Exécutif soutiendra la participation des jeunes à la grève des femmes. Les écoles sont invitées à éviter les tests ce jour-là.

storybild

Genève, à l'instar de Vaud, demande aux établissements public d'éviter les examens le jour de la grève des femmes, le 14 juin. (Photo: (Photo: AFP/Ander Gillenea))

Sur ce sujet
Une faute?

«On va dans le bon sens, ce premier pas est réjouissant !», s'enthousiasme Adrienne Sordet, députée Verte au Grand Conseil. Mercredi, le Conseil d'Etat a soutenu la participation des élèves de l'enseignement public à la grève des femmes du 14 juin. Il «veillera, sous réserve de situations liées à des impératifs du calendrier d’étude ou d’autres contraintes, à ce qu'aucun examen ne soit organisé» ce jour-là. En janvier, l'élue se heurtait par deux fois au refus du parlement de traiter cette question en urgence. «J'espère que ça ne sera pas juste une action isolée en faveur de l'égalité, tempère la députée. L'Etat devra s'engager au niveau des salaires et du congé paternité. J'aimerais voir des actions pérennes.»

Soutien en demi-teinte

Si l'Exécutif a décidé d'encourager les jeunes à débrayer, sa position est plus nuancée concernant ses employées. Les actions organisées au sein de l'administration cantonale seront encouragées, «dans la mesure où la bonne marche des services est assurée». Le Bureau de l'égalité organisera diverses activités dans les départements.

Les collaboratrices qui souhaiteraient par contre prendre quelques heures pour aller manifester en dehors de l'administration devront récupérer ce temps de travail. Troisième cas de figure, les grévistes qui répondront à l'invitation du Cartel intersyndical devront s'annoncer et conformément à la pratique, subiront une retenue de salaire.