Genève

27 avril 2019 14:56; Act: 27.04.2019 17:25 Print

Paysans et citoyens unis pour une alternative

par Maria Pineiro - Le Mouvement pour une agriculture paysanne et citoyenne a fêté samedi sa naissance à Genève. Il regroupe 25 membres.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les caprices du ciel n'ont pas entamé l'enthousiasme des participants à la fête de lancement du Mouvement pour une agriculture paysanne et citoyenne (MAPC). Samedi, sur la plaine de Plainpalais, l'heure était à la présentation du projet, mais également à la convivialité: four à pain, four à pizza, mini tracteurs pour enfants, bombe à céréales, poules, pressoir à pédales ainsi que planchettes d'apéro et bar ont attiré du monde.

La manifestation couronne une année et demi de préparation durant laquelle les membres du MAPC ont travaillé à construire le mouvement. Ce dernier rassemble des producteurs, transformateurs et distributeurs genevois qui ne se reconnaissent pas dans le système agro-alimentaire majoritaire. «L'alternative existe. Elle est là, explique Marie Brault, membre du comité du MAPC, en désignant les différents stands. Il s'agit de la faire connaître en lui donnant de la visibilité.» Parmi les objectifs à moyen terme, la création d'un label devrait permettre de mieux informer les consommateurs.

Répondre à des consommateurs de plus en plus concernés

«Nous voulons fonder une agriculture d'utilité publique, ajoute Lucie Buttex, membre. Recréer le lien entre le paysan et le consommateur, que nous voyons comme un consomm'acteur.» Pour elle, les membres du MAPC visent «une lucrativité limitée, il n'y a pas de volonté de croître de manière indéfinie. Le but, c'est de garder des structures de taille moyenne, et non de cultiver des terrains immenses».

Pour autant, insiste Marie Brault, «nous ne nous inscrivons pas en conflit avec l'agriculture industrielle, nous voulons représenter une alternative. Il s'agit de nous développer et d'essaimer pour répondre à la demande de consommateurs de plus en plus concernés par ce qui se trouve dans leur assiette».

Le MAPC ne veut pas concurrencer le syndicat Uniterre. Il vise néanmoins également à faire du lobbying afin, notamment, de faire reconnaître les structures de petite taille et de leur permettre d'accéder aux aides de l'Etat, «trop souvent calibrées pour les exploitations industrielles. A terme, il faudrait se passer de subventions et passer à un système dans lequel les produits sont rétribués à leur juste valeur», conclut Lucie Buttex.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tom Granger le 27.04.2019 17:33 Report dénoncer ce commentaire

    Total soutien

    Voilà une étape qui mérite que l'on s'y intéresse. L'offre étant conditionnée par la demande, le consommateur averti tablera toujours sur la qualité face à la quantité. Cet esprit aura indéniablement un effet positif sur le bilan et l'impact éco de nos terroirs et de nos modèles agricoles tout en soutenant les petites exploitations qui en sont les dépositaires véritables. J'adhère.

  • moulino le 27.04.2019 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bonne conscience

    les consommateurs doivent être solidaire avec les producteurs, bravo à vous et que ça puisse essaimer sur tout le territoire

  • Victor le 27.04.2019 18:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec l'argent de qui

    J'aimerais savoir combien de ces agriculture écolo bobo vivent réellement de l'agriculture?

Les derniers commentaires

  • moulino le 27.04.2019 18:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bonne conscience

    les consommateurs doivent être solidaire avec les producteurs, bravo à vous et que ça puisse essaimer sur tout le territoire

  • Victor le 27.04.2019 18:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    avec l'argent de qui

    J'aimerais savoir combien de ces agriculture écolo bobo vivent réellement de l'agriculture?

    • Greta le 27.04.2019 23:27 Report dénoncer ce commentaire

      @Victor

      Vous avez raison Victor, mais comme c'est la mode, on ne peut rien dire d'autre. Ils ne peuvent pas vivre de manière autosuffisante mais avec l'injection de l'argent étatique, c'est-à-dire du contribuable, tout laisse à penser aisément que ces gens du monde alternatif, et soi-disant autonome, vivent que par les aides de l'État. Ils se donnent bonne conscience, c'est tout.

    • luku le 28.04.2019 08:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Greta

      faux et archi faux, je connais plusieurs de ces agriculteurs qui sont tout à fait autonome, c'est une question de taille d'exploitation (ni trop grand ni trop petit).

    • Naoussa le 28.04.2019 09:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Victor

      Afin de vous assurer qu'aucun de vos centimes ne leur parvienne, continuez à acheter des asperges du Pérou dans votre grande surface !

    • Naoussa le 28.04.2019 09:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Greta

      Si les agriculteurs, petits producteurs et autres éleveurs devenaient riches grâce à leur métier, cela ce saurait, Mais vous avez raison : continuez à acheter du porc et du poulet à F 10.00 le kilo dans votre grande surface et vous pourrez croire que vous soutenez les producteurs !

    • réveillez vous le 28.04.2019 10:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Greta

      j ai un travail et suis très active. savoir ce que je mange est important. plus de marges vertigineuses pour les grandes surfaces qui se sucrent sur nous

    • Marc le 28.04.2019 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Victor

      Complètement nul ce commentaire, justement il s'agit de promouvoir un système où les agriculteurs et les consommateurs y trouvent leur compte sans engraisser des intermédiaires qui sont actuellement les seuls gagnants. Avec des gens comme vous rien ne pourra changer.

    • Greta le 28.04.2019 23:57 Report dénoncer ce commentaire

      @réveillez vous

      Moi aussi je suis très active. Suivez un peu mon actualité ! Je ne vais pas dans les grandes surfaces mais la majorité des individus qui s'expriment à ce sujet sont comme ces cultivateurs, très souvent assistés.

  • Tom Granger le 27.04.2019 17:33 Report dénoncer ce commentaire

    Total soutien

    Voilà une étape qui mérite que l'on s'y intéresse. L'offre étant conditionnée par la demande, le consommateur averti tablera toujours sur la qualité face à la quantité. Cet esprit aura indéniablement un effet positif sur le bilan et l'impact éco de nos terroirs et de nos modèles agricoles tout en soutenant les petites exploitations qui en sont les dépositaires véritables. J'adhère.

    • XYZ le 27.04.2019 21:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Tom Granger

      Exactement, rien à ajouter.