Genève

07 janvier 2014 10:17; Act: 07.01.2014 10:46 Print

Paysans mobilisés contre les nouvelles prisons

Plusieurs agriculteurs voient leur surface cultivable baisser avec l'urbanisation et la planification pénitentiaire. Ils montent au créneau.

Sur ce sujet
Une faute?

Les paysans de Puplinge, Choulex ou Meinier seront les grands perdants des projets d'urbanisation en cours dans ces régions. Communaux d'Ambilly, prison de la Brenaz, établissement des Dardelles: tous vont faire perdre des surfaces cultivables aux agriculteurs et donc, des revenus.

10% de surface en moins

La «Tribune de Genève» évoque le cas de ce professionnel de 20 ans qui vient de reprendre l'exploitation familiale de Puplinge. L'homme a déjà perdu un hectare de son terrain avec la prison de Curabilis et s'attend à en perdre 10% supplémentaire. «Financièrement, c'est difficile. Je vais devoir augmenter le nombre de mes bêtes pour m'en sortir.»

A Choulex, le chiffre de 10% est lui aussi articulé par un autre agriculteur. «Si je perds des terrains, je devrai me séparer d'un ou deux employés», prévient-il. Idem à Meinier, où ce paysan évoque «un frein à notre exploitation». Conséquence: l'organisation faîtière de la branche, AgriGenève, ne reste pas insensible à ces problèmes.

Mesures interdites, selon AgriGenève

«La prison des Dardelles va supprimer 17 hectares de surface d'assolement (ndlr: cultivable), indique Martine Roset, membre. Ils seront compensés par des arbres, ce qui est interdit.» AgriGenève va donc monter au créneau dès l'ouverture du crédit de construction. La concertation avec les paysans devrait débuter ce mois-ci.

(rle)